Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Caillebotte

Caillebotte

La voici enfin, la seconde adresse de l’équipe du Pantruche, ce bonheur de bistrot découvert début 2011 et devenu depuis l’un de nos repaires préférés. Cela s’appelle Caillebotte, en hommage au peintre qui, entre autres, illustra avec talent l’épopée moderne de la construction, fin XIXème, de la gare Saint-Lazare, pas si lointaine. Caillebotte, peintre charnière entre l’impressionnisme et le modernisme. Un pied dans la tradition, un pied dans la modernité, bien à l’image finalement de ce nouveau bistrot où Franck Baranger (le chef bourré de talent, ancien du Bristol) et Edouard Bobin (qui promène élégamment son aimable discrétion en salle) conjuguent avec dextérité ces deux aspects. Une cuisine moderne, inventive, claire mais puisant ses racines dans le patrimoine et le savoir-faire des grandes maisons.

Comme au Pantruche, on retrouve ici la même précision, la même habileté (car chez Caillebotte, on ne jette pas simplement quelques produits d’exception dans une assiette, on sait aussi les cuisiner), la même inspiration cinglante et la bonhommie d’un service prévenant qui vous fait immédiatement vous sentir chez vous. La soupe de betteraves rouges (du jardin familial), chèvre frais aux oeufs de poissons est un tableau écarlate et délicat. La noix de veau rôtie, mousseline de panais, chips de topinambours, nous régale de sa tendre légèreté automnale. Les dernières figues Soliès de la saison, simplement rôties et accompagnées d’un crumble au café et d’une glace au pain d’épice sont la caresse à peine sucrée qui vous conduit gentiment vers l’après-midi.

Alors certes, les peintures sont encore fraîches, les murs pas encore décorés et le rideau de porte en cours de réception, mais laissez couler et filez-y dare-dare. Dans quelques semaines, il deviendra difficile, comme chez son grand frère à quelques rues de là, d’y dégoter une table. D’autant plus qu’ici, on ne pratique pas la règle si déplaisante du double service imposé. Vous pourrez donc y prendre tout votre temps. Heureux que vous êtes.

 

Caillebotte
8 rue Hippolyte Lebas
75009 Paris
01 53 20 88 70
Fermé samedi et dimanche
Formule déjeuner : 18 €
Plat du jour : 14 €
Menu à 34 €

Submit a Comment

TOUS LES VENDREDI, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×