Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Corto Maltese ou l'histoire intersticielle

Corto Maltese ou l’histoire intersticielle

J’ai redécouvert Corto un soir d’été, dans ma retraite des montagnes corses. Pas d’écran, pas de 3G, et un paysage qui démultiplie l’appétit de l’esprit. Faute de pouvoir le nourrir par les réseaux habituels, il faut trouver un autre chemin. Trouver un autre chemin, sortir des réseaux habituels. C’est tout Corto Maltese. Témoin faussement nonchalant plutôt que héros, il traverse les grandes convulsions de l’histoire, jamais sur le devant de la scène, toujours dans les coulisses, par des venelles tortueuses, s’insinuant dans les interstices de la grande histoire.

En 1914 il n’est pas sur la Marne mais sur le théâtre de guerre oublié du Pacifique. En 1917 il est en Italie du Nord mais pas en pleine bataille à Caporetto, plutôt sur les arrières du front, à Venise, traquant l’ange à la fenêtre d’orient dans les canaux de la sérénissime, sous une lumière spectrale. Instantanément les faisceaux des projecteurs de DCA transpercent le ciel, le bruit des Albatros fait trembler les murs : les Autrichiens bombardent Venise. Cette vignette vertigineuse d’une nuit de guerre à Venise, à elle seule, m’a aspiré dans le monde de Corto : chaque vignette est une porte d’entrée donnant sur cette histoire intersticielle.

Pratt dévoile les inconnues de l’équation du XXème siècle : son héros, ce n’est pas tant un aventurier qu’un témoin, un révélateur. Il fait le coup de feu mais ce n’est pas sa fonction (ni son envie première, du reste), car Corto est surtout une illusion, un miroir : miroir de la beauté dangereuse des femmes, de la veulerie de ses compères aventuriers, des ambitions mégalomanes d’Enver Pacha, du délire guerrier du baron fou Ungern-Sternberg, de la folie bolchevique, ou de la vanité  de la guerre de 14.

Chaque vignette est une passerelle potentielle entre histoire réelle et histoire onirique : l’été est propice aux rêveries, cette année saisissez un album de Corto et laissez le marin maltais vous guider de nouveau.

 

Frank Pistone

 

 

    LISTE RAISONNEE DES ALBUMS A EMMENER EN VILLEGIATURE    
Je serais aussi mégalo que Raspoutine, l’ami de Corto Maltese, si je prétendais faire l’exégèse comparée de tous les albums d’Hugo Pratt. Aussi je me borne à vous évoquer le contenu de la valise que je bouclerai le 1er août pour rejoindre la montagne insulaire.
- La ballade de la mer salée : en apnée dans le Pacifique, les derniers feux de la piraterie.
- Les Celtiques : à Venise, à Dublin, dans les limbes, mon favori.
- En Sibérie : thriller ferroviaire, une incroyable galerie de personnages vrais dans un morceau d’histoire tout aussi vrai mais oublié (dont le baron fou, fascinant).
- Fable de Venise : le vrai visage de la sérénissime. Labyrinthique, pleine de passerelles et de faux semblants. Esotériquement le plus riche de la série, à mon sens.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×