Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

OFFICINE UNIVERSELLE BULY

OFFICINE UNIVERSELLE BULY

La partition requiert trois mouvements. Faire renaître une marque oubliée de ses cendres. La mettre au goût du jour sans renier l’esprit originel invoqué. Adopter, si possible, des matières premières et un mode de production vertueux.

Si d’autres l’ont interprétée avant eux (on pense évidemment à Oriza L. Legrand), Ramdane Touhami et Victoire de Taillac en offrent une version si juste et intemporelle que leur Officine Universelle Buly semble avoir toujours occupé la rue Bonaparte. Pourtant, les locaux ont ouvert en avril dernier, effaçant l’une des nombreuses galeries d’art du quartier.

Couple à la ville et à la scène, Touhami (créateur de Parfumerie Générale et des bougies Cire Trudon) et De Taillac (spécialiste de l’histoire de la beauté) ont fait voeu d’ouvrir leur propre « maison de soins, de beauté et de parfums ». Ils s’appuient pour cela sur l’enseigne créée en 1803 par Jean-Vincent Bully, à l’origine d’un vinaigre de toilette très en vogue au XIXe siècle. Balzac s’inspirera du parfumeur pour brosser le César Birotteau de sa Comédie Humaine.

La maison Buly d’aujourd’hui a perdu un « l », pour éviter tout sarcasme de la part du public anglophone (on vous laisse chercher la traduction sur Google ? Non ? OK, en gros, cela veut dire « tyran », « personne qui intimide ». Voilà). Dans un décor hanté par le bois précieux et le marbre d’Italie, le visiteur découvre une sélection de bougies, de parfums, de produits pour le corps et même d’encens vendu au poids, comme celui réalisé par les moines du Mont Athos en Grèce. Un vrai plus qui attire déjà esthètes et initiés, d’autant que chaque sachet d’encens revêt une étiquette calligraphiée au nom du client. Ici, pas d’allergènes, pas de chimie industrielle, pas de plastique pour les emballages.

Cette sobriété vertueuse se met pertinemment au service d’une gamme de parfums sans alcool, émulsions lactées aux fragrances gentiment désuètes et envoûtantes, comme Miel d’Angleterre et Bergamote. Derrière le comptoir, un vaste choix d’huile végétales (baobab, mimosa, rose musquée…) est aligné dans d’imposants flacons, façon pharmacie d’époque. Victoire de Taillac en explique patiemment les vertus et le mode d’application.

Du côté des accessoires, on notera la présence de brosses à dents en poils de sanglier de la maison Koh-i-Noor et des peignes à barbe et à cheveux en corne ou en bois de santal. Un repaire où le Grand Duc saura trouver un choix pointu de cadeaux à offrir… ou à s’offrir.

 

Guillaume Tesson

 

Officine universelle Buly
6, rue Bonaparte
75006 Paris
Tél. : 01.43.29.02.50
Email : info@buly1803.com
Internet : www.buly1803.com 
Parfums à l’eau : 110 euros ;
Pommade virginale : 35 euros ;
Huile de savon : 40 euros ;
Bougies parfumées dans leur support de marbre : 120 euros.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×