Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Grand Duc à la une : Cyrille de Lasteyrie

Grand Duc à la une : Cyrille de Lasteyrie

Son allure décontractée s’habille de chaussures rouges. Signes particuliers : les pieds plats (mais encore faut-il aller le voir sur scène pour le savoir). Une alliance et une chevalière au même annulaire de la main gauche. Châtain clair, la peau blanche, il possède un regard malicieux qui semble dire : « j’ai 12 ans dans ma tête » et une petite mèche de cheveux qu’il essaye de dégager de son front en soufflant dessus. Comme le font les enfants.

Cyrille de Lasteyrie est pourtant un adulte au pseudonyme désormais connu du grand public : Vinvin. Sur son CV, il affiche une licence en histoire et un master en marketing. Echappé du monde publicitaire, il est devenu bloggeur, humoriste et « humeuriste », comédien, producteur, animateur « vu à la télé », auteur. Passionné par la création et l’écriture, Cyrille a aussi beaucoup voyagé, de Papeete à San Francisco en passant par Barcelone. Il fait aujourd’hui escale pour la première fois sur les planches dans un « seul en scène » mis en scène par Michèle Laroque. Le plus grand risque de sa vie.

Enfin, derrière cette hyperactivité se cache un être doué de raison, sensible et bienveillant qui a l’art de poser la question inattendue. On l’imagine en Grand Duc amoureux dans un film de Claude Sautet tant il pense d’abord aux autres. Pas le salaud ou le comique de service mais l’homme qui pleure et émeut. Ce Grand Duc érige l’amitié comme valeur suprême et protège sa famille tout en savourant les nourritures terrestres, sans gloutonnerie, mais avec plaisir.

Au fait, il paraît que Cyrille de Lasteyrie est né le 20 décembre 1969. Jolie année de naissance.

 

    Dans la tête de Cyrille de Lasteyrie    

Le plaisir auquel tu ne résistes pas ?
Une boîte de Gavottes au chocolat noir, 3 minutes montre en main.

Le plat que tu sais cuisiner les yeux fermés ?
Le carrot cake ! D’ailleurs, « carrot cake » se dit « Cyrille » au Japon depuis qu’ils l’ont goûté.

Le plat que tu commandes systématiquement au restaurant dès qu’il est à la carte ?
Une douzaine d’escargots Bourgogne.

Tu as vingt euros en poche pour déjeuner à deux : que fais-tu ?
J’achète de quoi concocter deux hamburgers de compétition avec des produits frais, tomates, viande hachée, fromage, pain frais, etc.

La musique incontournable à écouter avec son whisky (ou son verre de vin) après le dîner ?
J’alterne entre le Requiem de Mozart, l’album « Blue lines » de Massive Attack et plus récemment une nouveauté : « The Dø »

Ta plus belle ivresse sans alcool : quand et avec qui ?
À chaque fois que je voyage avec ma femme.

Une automobile de rêve pour tailler la route ?
La Jaguar XK 120 de la collection Ralph Lauren. Je peux pleurer rien qu’en y repensant.

Un accessoire dont tu ne peux pas te passer ?
Un carnet de notes et son stylo plume associé.

La pièce de ta garde-robe à laquelle tu es le plus attaché ?
Mes chaussures rouges achetées à Londres en 2010.

Le mauvais goût que tu assumes ?
Un pantalon de jardinage et des bottes en caoutchouc quand je débroussaille ou tronçonne.

Un geste, une attitude qui fait chic et de bon ton mais que tu détestes ?
Ce moment étrange où quelqu’un vous tend une carte de visite avec écrit CEO en anglais alors que le type est français et sa boîte aussi.

Le personnage historique contesté qui te fascine ?
Nietzsche. Prétentieux, solitaire, malade et sublimement fou.

Le livre que tu n’as jamais pu finir ?
« À la recherche du temps perdu », comme tout le monde. J’essaie une fois par an, du coup j’ai lu dix-sept fois les 100 premières pages du 1er opus « Du côté de chez Swann ». Jamais la suite. Je me hais.

As-tu déjà attiré les regards en lisant ? Si oui avec quel livre ?
Je m’étais acheté un guide « Comment attirer le regard en lisant », du coup super efficace.

La dernière fois que tu as porté un toast ?
Il y a quelques jours à la sortie de mon spectacle, avec Michèle Laroque (ma metteur en scène) et nombre de ses amis du métier. J’étais sur un nuage.

Ce qui reste de l’enfant que tu étais ?
L’enfant que j’étais a repris le pouvoir ! Trois soirs par semaine sur scène à interpréter des vies de toutes les couleurs.

Le détail chez une femme qui t’émeut ?
Les yeux fatigués. J’ai toujours été coupé en mille par des yeux un peu fatigués, mini valisettes pleines de sens et de promesses…

Ton meilleur lieu pour faire l’amour dans Paris ?
Devant l’Élysée, à cloche pied sur un tandem avec une plume dans le cul. (Je ne crois pas à l’importance du lieu, anecdotique, secondaire !)

Où se trouvent les plus belles femmes de Paris ?
À chaque coin de rue, il suffit d’ouvrir les yeux.

L’événement pas encore organisé par les Grands Ducs mais que tu ne raterais sous aucun prétexte ?
Une rencontre privilégiée avec Clint Eastwood, avec dégustation de Beychevelle 1975.

Dans quel endroit emmènerais-tu tes amis Grands Ducs ?
Ça dépend du nombre mais chez moi, à la campagne, vaut tous les lieux insolites du monde.

Le parrain idéal des Grands Ducs ?
J’aurais bien proposé à Steve McQueen mais il est en voyage. Sean Connery ferait l’affaire.

 

    Et maintenant ?    

La vie de Cyrille de Lasteyrie a changé en 2013. Un jour de juillet quand Michèle Laroque a lu son texte et lui a dit oui pour la mise en scène. Une première pour la comédienne. Une première aussi pour Cyrille. Seul en scène. Pas pour un stand-up à la mode où la langue française est maltraitée. Non. Une heure de spectacle drôle, très drôle, qui joue avec les mots, les situations. Un texte construit, intelligent et cohérent avec pour sujet principal… La mort. Dit comme ça, ça peut faire peur. Mais « A mon cher moi » est jubilatoire.

 

Eva Roque
(Photographie à la une : Rodrigo Sepulveda Schulz)

 

Du jeudi au samedi, à 20h15
Comédie des Trois Bornes
32, rue des Trois Bornes,
75011 Paris
A partir de 10€ pour les non-abonnés,
Jusqu’au 3 janvier.
 

(Grand Duc à la Une : une nouvelle rubrique pour découvrir les individualités qui se cachent derrière les Grands Ducs)

 

Vous voulez rejoindre Cyrille au sein du Club des Grands Ducs ? Envoyez-nous un email (contact@lesgrandsducs.com) et discutons.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×