Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Diana Krall : Sexy Lady

Diana Krall : Sexy Lady

Parfois, au cœur de l’été, le ciel de Juan-les-Pins se débarrasse de sa brume de chaleur pour se parer d’une robe rose pâle… Des cieux haute-couture comme ce soir de juillet 2009. Sur la scène du festival Jazz à Juan, Diana Krall arrive déjà auréolée d’un statut de star. Une star mutique en coulisse. Pas d’interview. Rien. Pas un mot. Diana Krall ne parle pas. Diana Krall chante. Très bien même. Et joue. Rarement ses qualités de pianiste ne s’étaient autant fait entendre.

Au milieu des pins, la Canadienne s’est glissée derrière son clavier. Chevelure dorée, quelques timides sourires, mais la Lady n’est pas une femme de communication. Qu’importe au fond. Le public fut séduit. Diana Krall apparaissait comme l’héritière, celle de ces femmes, chanteuses de jazz, passées en ce lieu avant elle. A commencer par Ella Fitzgerald, la Voix dont le mari Ray Brown, bassiste, avait repéré dans les années 70 une jeune femme talentueuse : Diana Krall. Avec Jeff Hamilton, batteur de jazz, ils n’avaient eu de cesse de la pousser à venir s’installer à Los Angeles pour travailler. Les deux hommes devinrent ses mentors, des soutiens inconditionnels. Elle, au fil des années, gagnait en épaisseur, en expérience. C’est le temps des premiers albums, des premières récompenses dont celle de Meilleure musicienne de jazz et les tournées mondiales à n’en plus finir.

Une décennie de succès professionnels qui font de Lady Diana une chanteuse incontournable. Talentueuse et sexy, elle alimente aussi la gazette people en se mariant avec Elvis Costello avec qui elle a deux enfants. Et puis une autre décennie débute. Sa musique n’est plus tout à fait la même. Cette semaine, la revoilà avec un album de reprises, Wallflower. Un opus dont la sortie a été repoussée à cause d’une méchante pneumonie. Les puristes de jazz passeront leur chemin : des tubes d’Elton John ou des Eagles ne devraient pas les charmer. C’est doux, sucré, comme une guimauve. La première bouchée est toujours délicieuse. Mais le risque d’écoeurement est toujours là… Diana Krall aura 50 ans en novembre. Elle a arrêté de poser en lingerie pour les pochettes de ses disques. Préférant dévoiler un visage lumineux et souriant. C’est sans doute mieux comme ça.

 

Eva Roque

 

CD

Wallflower, Verve, 14,99€
 Redécouvrez les trois facettes de Diana Krall
- Diana Krall, version chanteuse de jazz
https://www.youtube.com/watch?v=-b8brVSAAQA
 – Diana Krall, version Noël
https://www.youtube.com/watch?v=SABWU6im1do
 – Diana Krall, version chanteuse de reprises
https://www.youtube.com/watch?v=fk6JtDhA7WI
 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×