Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Volvo Ocean Race : le Graal du marin

Volvo Ocean Race : le Graal du marin

Des marins français offrent à la Chine une victoire historique dans la course autour du monde à la voile. A bord de Dongfen, Charles Caudrelier, 43 ans et ses 8 hommes dont deux jeunes chinois qui n’avaient jamais passé une nuit en mer avant leur premier entraînement, viennent de remporter la 3ème étape de la Volvo Ocean Race, une des épreuves les plus éprouvantes de la course au large, en atteignant les premiers la ville de Sanya (Chine).

Surfer sur la longue houle du sud, sentir, jour après jour, semaine après semaine le chuintement de la mer sur la coque, lutter avec les vagues en furie,  chercher les petits zéphyrs des calmasses, glisser sur le bleu acier de l’Atlantique, fendre de moustaches blanches les outremers de l’Indien, se régaler du turquoise près des côtes du Brésil, attaquer le vent au meilleur de son angle, plonger dans les rouleaux au large de la Tasmanie. What else ? Faire le tour du monde à la voile, rêve ultime du marin. Qui plus est en course, le graal du compétiteur. Sans doute le secret de la longévité de la Volvo Ocean Race dont les six équipages restant en lisse viennent de terminer l’étape entre Abu Dhabi et la station touristique de Sanya (Chine). Une étape où les petits airs s’effilochent au large de l’Iran, les courants sournois perturbent la navigation dans  le détroit de Malacca et les dizaines de bateaux de pêche pas éclairés le long des côtes vietnamiennes ont mis les nerfs des marins à rude épreuve.

Depuis 1973 (elle s’appelait alors la Whitbread), cette course mythique continue de fasciner des générations de coureurs au large. Pour sa 12ème édition, 7 monocoques identiques de 65 pieds (20 m) se sont alignés, le 4 octobre, à Alicante pour avaler en 9 étapes et en 9 mois 39 000 milles jusqu’à Göteborg (Suède), siège de la firme automobile Volvo. « Abu Dhabi », skippé par l’Anglais Ian Walker était le 1er à l’arrivée au Cap, tandis que le Hollandais de « Team Brunel » l’emportait à Abu Dhabi. Le Franco-chinois Dongfeng complète l’actuel podium en s’adjugeant la 2éme place dans les deux étapes. Avec cette victoire, il devient leader de la Volvo. Pourtant l’équipage compte deux chinois qui manquaient d’expérience et le bateau a souffert de deux avaries sérieuses.  Ce skippeur français a été un artisan-clé de la victoire de « Groupama » aux côtés de Franck Cammas, lors de l’édition précédente de la Volvo. Vainqueur de La Solitaire du Figaro en 2004, il relève avec brio un challenge difficile car seule la victoire sera belle.

Cette course extrême voit également cette année le retour d’un équipage féminin, une première depuis 2001-02,  skippé par la charmante et très expérimentée britannique Sam Davis. Cette édition a déjà été marquée par un incident ahurissant. « Vestas Wind », skippé par le vieux loup de mer Chris Nicholson (il en est à sa 5ème Volvo Ocean Race) s’est planté le 29 novembre, à 18 nœuds, dans la barrière de corail qui borde l’îlot de Saint Brendan, près de l’île Maurice. Une faute de navigation sidérante pour un équipage à ce point aguerri qui illustre une fois encore combien la veille humaine est un indispensable complément des instruments hypersophistiqués dont sont dotés ces bateaux.

Aucun doute, la Volvo Ocean Race reste une sacrée aventure.

 

Patricia M. Colmant

 

Retrouvez toutes les informations sur la Volvo Ocean Race ici et suivez l’événement sur Facebook


Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×