Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Grand Duc à la une : Tristan Auer

Grand Duc à la une : Tristan Auer

« Je suis un égoïste au service des autres » dit-il après à peine quelques secondes de conversation. Paradoxal ? Pas si sûr. Tristan Auer ressemble à un funambule. A la recherche de l’équilibre, en permanence. Pris entre sa propre histoire et celle de ses clients qu’il doit comprendre, digérer, imaginer, concevoir dans un nouvel intérieur. Il danse sur ce fil qui le lie à ces inconnus prêts à lui laisser leur chez soi. Des mètres carrés d’intime dans lesquels Tristan Auer s’immisce à pas de loup. « Il faut être à l’écoute, attentif et vouloir faire du bien à l’Autre » précise-t-il. Et d’ajouter en souriant : « Je suis psy finalement ».

 

Une rencontre avec Tristan Auer ressemble à une livre d’Histoires que l’on entrouvre. Des histoires de lieux – du Crillon aux Bains Douches – mêlées à celles d’une époque, d’un pays, ou encore d’une famille. L’architecte, passé par chez Christian Liaigre et Philippe Starck, devient conteur. Ses intérieurs et ses meubles sont les résultats de sa propre histoire évidemment. Et de son ressenti. « Je ne lis aucun magazine de décoration. En revanche, je lis ceux liés à la mode ». L’analogie avec la haute couture devient alors une évidence. « Comme pour un vêtement, je dois prendre en compte la morphologie de la personne et la fonction de l’objet ou du lieu à concevoir ».

 

De ses nourritures terrestres qui l’inspirent, il cite la littérature, avouant au passage son admiration pour Emmanuel Carrère, la BD, la musique, les voyages… Cet instant où, assis dans un siège d’un train ou d’un avion, on peut enfin lâcher prise. Se déconnecter du monde et penser. « Pour un créatif, il faut savoir s’ennuyer ». A bien regarder son travail, ces traits épurés, cet équilibre parfait dans une même pièce, on repère l’attention portée au cadrage, comme un réalisateur. Tristan Auer reconnaît élaborer ces plans tels des storyboards, multiplier les croquis, les prises de notes sur des feuilles de brouillon. Logiquement, quand on lui demande quel est le plus beau lieu selon lui, réponse : Le Grand Budapest hôtel, décor du film de Wes Anderson. Le nom de Tristan Auer au générique d’un long métrage n’est peut-être plus qu’une affaire de temps et de rencontres.

 

    Dans la tête de Tristan Auer   

 

Le plaisir auquel tu ne résistes pas ?
L’égoïsme

 

Le plat que tu sais cuisiner les yeux fermés ?
Je n’ai jamais trouvé la cuisine chez moi … désolé

 

Le plat que tu commandes systématiquement au restaurant dès qu’il est à la carte ?
Le tiramisu dont la traduction est : tire-moi vers le haut …

 

Tu as vingt euros en poche pour déjeuner à deux : que fais-tu ?
2 kebab délicieux et CHIC chez Grillé Rue St Augustin 75001 Paris

 

La musique incontournable à écouter avec son whisky (ou son verre de vin) après dîner ?
Laura Myula – Sing to the moon – avec le Metropole Orchestra

 

Ta plus belle ivresse sans alcool : quand et avec qui ?
Seul, au volant d’une voiture puissante, seul

 

Une automobile de rêve pour tailler la route ?
Toutes

 

Un accessoire dont tu ne peux pas te passer ?
Musc Ravageur de Frédéric Malle, quoi j’ai répondu à côté ?

 

La pièce de ta garde-robe à laquelle tu es le plus attaché ?
Une ceinture en cuir tressé que ma femme veut absolument me voler. Je lui prête de temps en temps …

 

Le mauvais goût que tu assumes ?
J’aime Bryan Adams !!!

 

Un geste, une attitude qui fait chic et de bon ton mais que tu détestes ?

 

Le personnage historique contesté qui te fascine ?
L’architecte, décorateur, dandy, pilote et pornographe Carlo Mollingo.

 

Le livre que tu n’as jamais pu finir ?
Un SAS …

 

As-tu déjà attiré les regards en lisant ? Si oui avec quel livre ?
Vraiment jamais.

 

La dernière fois que tu as porté un toast ?
Cela ne se porte pas, ça gratte non ?

 

Ce qui reste de l’enfant que tu étais ?
Tout, hélas d’après ma femme

 

Le détail chez une femme qui t’émeut ?
Sa pair de …

 

Ton meilleur lieu pour faire l’amour dans Paris ?
Les Chandelles ???

 

Où se trouvent les plus belles femmes de Paris ?
Avec les membres des Grands Ducs ?

 

L’évènement pas encore organisé par les Grands Ducs mais que tu ne raterais sous aucun prétexte ?
Un dîner à la bougie dans la laiterie de la Reine au Château de Rambouillet
 

    Et maintenant ?  

Les projets se ramassent à la pelle dans l’agenda de Tristan Auer.

Ceux qui resteront la propriété de certains. Des lieux privés invisibles aux yeux de tous.

Ceux dont l’histoire débute à Saint Barth ou sur l’île Moustique.

Celui qui s’achèvera dans deux ans : Le Crillon

Et Les Bains Douches, nouvelle génération, à découvrir bientôt.

 

Eva Roque

http://www.tristanauer.com

 

Vous voulez rejoindre Tristan au sein du Club des Grands Ducs ? Envoyez-nous un email (contact@lesgrandsducs.com) et discutons.

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×