Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Les 10 pistes noires les plus dures du monde

Les 10 pistes noires les plus dures du monde

1. Harakiri – Mayrhofen (Autriche)

Rien que pour son nom, elle mérite la première place de notre classement des pistes noires les plus ardues du monde. Longue de 1 500 mètres, Harakiri présente une pente de plus de 78%, ce qui en fait la piste damée la plus raide d’Autriche. Alors, prêts pour faire seppuku ?

 

 

2. Le Couloir de Corbet – Jackson Hole, Wyoming (Etats-Unis)

Descendre des pentes raides et slalomer entre des bosses, trop facile ? Le Couloir de Corbet (nommé ainsi d’après le guide de montagne Barry Corbet qui le premier prédit « qu’un jour, quelqu’un y skierait ») fait monter l’adrénaline d’un cran : pour y accéder, il faut commencer par une chute d’environ 6 mètres. On atterrit ensuite dans une épaisse poudreuse dans laquelle il faut vite se reprendre ; si le couloir s’élargit vite, vous ne bénéficiez que de 3 mètres entre les deux versants rocheux de la falaise pour faire votre virage à la réception.

 

3. Casserousse – Chamrousse

Cocorico ! C’est sur cette piste du massif de Belledonne que Jean-Claude Killy remporte l’une de ses trois médailles d’or aux Jeux Olympiques de 1968. Démarrant à 2 225 mètres, ce couloir étroit aux innombrables bosses vous emmène tout droit (ou pas) jusqu’au téléski le plus bas de la station, à 1 400 mètres. Pour les moins téméraires, vous pouvez toujours rejoindre ce dernier par la piste moins exigeante mais tout aussi mythique de l’Olympique Hommes.

 

4. La Streif – Kitsbühel (Autriche)

Ce ruban glacé de 3 312 mètres est LA piste reine des compétitions de descente de ski alpin. En 6 secondes, on y passe de 0 à 100 km/h. Les aficionados se souviendront que de nombreux skieurs professionnels y ont laissé leur carrière à la suite de chutes spectaculaires. A ne tenter qu’avec prudence.

Une vidéo pour vous dissuader à tout jamais de faire du ski sur la Streif :

 

5. Le Pas de Chavanette – Avoriaz

Surnommée le « Mur suisse », la piste doit sa réputation à son aspect impressionnant : lorsqu’on la regarde d’en haut, on en voit l’arrivée. Un véritable mur de bosses jamais damé (comment les dameuses pourraient-elles travailler sur une piste parfois inclinée à 50 degrés ?) qui s’étend sous un télésiège que l’on peut toujours choisir d’emprunter au retour plutôt que de se lancer.

 

6. Le Tunnel – Alpe d’Huez

Un départ à 3 330 mètres (Pic Blanc), 35 degrés d’inclinaison et un champ de bosses avec vue sur la station, c’est un bon début. Ajoutez à cela un passage de 200 mètres à travers une grotte taillée dans la montagne et vous obtiendrez une piste noire à la difficulté et à l’ambiance incomparables.

 

7. Le Mont-Fort – Verbier (Suisse)

Une fois que vous aurez dévalé ce large champ de bosses souvent glacé, vous aurez les cuisses en feu mais surtout des étoiles plein les yeux : le départ, à 3 300 mètres d’altitude, offre une vue exceptionnelle sur le Mont-Blanc et l’ensemble des Alpes suisses. Un panorama mythique que vous pourrez admirer sans pour autant dévaler Mont-Fort : un retour par le téléphérique est possible.

 

8. Delirium Dive – Banff (Canada)

« Le plongeon du délire », en voilà un joli nom. Après une chute presque à l’horizontale pour démarrer la piste, à la manière du Couloir de Corbet, on poursuit sa descente entre deux versants rocheux, avec de la poudreuse comme de la glace. Ce qui est moins drôle, ce sont les risques d’avalanche, particulièrement élevés sur le tracé : pour emprunter le Delirium Dive, vous devrez être équipé d’un émetteur-récepteur pour aider les secours à vous retrouver en cas de problème.

 

9. Christmas Chute – Girdwood, Alaska (Etats-Unis)

Un beau cadeau de Noël pour tous les casse-cou ! Gelée et très étroite, la piste demande une attention constante, au risque de la dévaler intégralement… sur les fesses, ce qui arrive tous les ans, tant il n’y a pas de prise sur cette piste !

 

10. Birds of Prey – Beaver Creek, Colorado (Etats-Unis)

Qu’importe la piste pourvu qu’on ait l’ivresse ! Sur la descente des « Oiseaux de proie », ce dimanche 15 janvier, le Français Jean-Baptiste Grange s’est imposé en slalom, devenant champion du monde devant les Allemands Fritz Dopfer et Felix Neureuther. Rendez-vous aux prochains Jeux Olympiques, à Pyeongchang (Corée du Sud) en 2018, pour, espérons, que le skieur de Valloire décroche enfin la médaille qui manque à son palmarès.

 

 

Louise Bollecker 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×