Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Gumball 3000

Gumball 3000

C’est sûr qu’à première vue le Gumball 3000 semble fort éloigné du style de vie des Grands Ducs.

Bruyant, politiquement incorrect, mêlant stars du rap et de la street culture aux volants de supercars maquillées à outrance… Il n’est devenu qu’un lointain hommage au premier Canonball américain qui avait en 1971 défrayé la chronique. L’idée était des plus basiques, relier la côte Est américaine à la côte Ouest avec comme seule règle d’arriver en tête en s’amusant.

Fausses ambulances, Ferrari, muscle cars américaines, arrestations spectaculaires lanceront la légende de cette épreuve interdite et courue à 5 reprises dans les années 70.

Maximillion Cooper, ancien mannequin britannique, a initié avec talent le Gumball 3000 (3000 miles soit environ 5000 km) en 1999 en y associant son réseau de mannequins, sportifs et stars de la mode. L’aventure est devenue un très solide business régnant sur le monde du streetwear à coups de T-shirts, casquettes et sweats que s’arrachent des fans du monde entier et d’une épreuve empruntant chaque année un itinéraire différent et, si possible, inattendu. L’épreuve s’est ainsi aventurée en Thaïlande, en Corée du Nord, le temps d’un diner boycotté par une partie des concurrents, ou bien encore au Maroc où, pour l’anecdote, le Roi avait encouragé à rouler le plus vite possible supprimant ainsi toute limitation de vitesse.

L’épreuve est devenu un véritable mythe rassemblant à chaque étape plus de 150 000 spectateurs admirateurs de grosses cylindrées, souvent jeunes et élevés aux clips YouTube. Les participants venus du monde entier savent qu’ils partent pour une semaine avec beaucoup de cash (pour payer les très nombreuses amendes car les vitesses maximum sont régulièrement dépassées), peu de sommeil tant les nuits sont dédiées à la fête et naturellement des kilomètres à foison.

Cette année n’aura pas dérogé à la règle avec un parcours entre Stockholm et Las Vegas – entrecoupé par deux vols Amsterdam-Reno, l’un transportant des supercars et l’autre les gumballers dans des conditions assez folles – qui aura vu des milliers de spectateurs envahir les rues de chaque ville étape. On retiendra ainsi un accueil glacial en Allemagne avec une autoroute coupée à la circulation afin de fouiller chaque auto, demande de masquer les noms des sponsors à coup de scotch et pluies d’amendes, l’immense concert d’Afrojack à Amsterdam venu avec sa spectaculaire Lamborghini et enfin une traversée épique de la Vallée de la Mort où trois Porsche 918 sont venues défier une cinquantaine d’autos déjantées dont une Ferrari F50, la Pagani Huayra de Max Cooper et la Koenigsegg de Lewis Hamilton, rien de moins !

Vous l’aurez compris, chez les Grands Ducs, on aime le côté « too much » du Gumball. Mais ne le répétez pas trop, c’est notre péché mignon…

 
Etienne Raynaud

 

Site du Gumball 3000
Circuit de l’édition 2015 : Stockholm, Oslo, Copenhague, Amsterdam, San Francisco, Los Angeles, Sin City, Las Vegas
L’édition 2016 se déroula entre Dublin et Istanbul.

 


Lewis Hamilton au Gumball 3000 2015

 

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×