Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Velázquez : Vénus à son miroir

Velázquez : Vénus à son miroir

Bien qu’il soit l’une des figures les plus importantes de l’histoire de l’art, jamais une exposition Velázquez n’avait été organisée en France. Artiste économe, il a peu produit, mais artiste de génie, le moindre de ses tableaux est un chef d’œuvre. Peintre baroque, Diego Velázquez n’a peint que pour un seul homme ou presque, le roi d’Espagne. Ses toiles sont donc pour la plupart conservées au musée du Prado, à Madrid. La France, en particulier, ignora longtemps l’importance de son travail, avant de lui attribuer,  une fois son talent reconnu, un grand nombre de chefs-d’œuvre de la peinture espagnole.

Une des pièces les plus remarquables de l’accrochage présenté actuellement au Grand Palais est sans conteste Vénus à son miroir.

C’est lors d’un de ses voyages en Italie que Diego Velázquez a peint ce fameux tableau. Ce sont d’ailleurs les nus et les représentations de Vénus peints par les Italiens, et en particulier par les peintres vénitiens, qui ont certainement influencé Velázquez.

Vénus à son miroir est un des seuls nus du peintre espagnol. A cause du poids important de l’Inquisition, de tels tableaux étaient extrêmement rares au XVIIème siècle. Malgré cela, les nus d’artistes étrangers étaient collectionnés par les membres de la cour espagnole. La Vénus à son miroir fut donc un des seuls tableaux espagnols a orner les murs des demeures de courtisans de la cour d’Espagne jusqu’en 1813, où il fut apporté en Angleterre par un gentleman britannique.

En 1906, la peinture fut achetée par la National Gallery, à Londres. Le 10 mars 1914, la suffragette (militante de la Women’s Social and Political Union) Mary Richardson rentra dans la National Gallery et attaqua la toile avec un hachoir. Elle laissa 7 entailles dans le tableau, endommageant la zone entre les épaules de la Vénus. Cet acte était le souhait de « détruire l’image de la plus belle femme de la mythologie » parce qu’elle « n’aimait pas la façon dont les visiteurs masculins regardaient bouche bée toute la journée » … Ainsi entendait-elle contribuer à la lutte pour l’égalité des sexes.
Toutefois les dégâts furent réparés avec succès par Helmut Ruhemann (chef restaurateur de la National Gallery) et notre chère Richardson fut, quant à elle, condamnée à six mois de prison.

Mais si ce tableau est si connu, c’est incontestablement pour la nuque de la Vénus, qui est considerée comme la plus belle nuque de l’histoire de la peinture. Une nuque, un nu, deux bien belles raisons d’aller se perdre dans les nombreuses salles du Grand Palais, n’est-ce pas ?

 

Nina Nothomb

 

Velàzquez, jusqu’au 13 Juillet 2015
Grand Palais : 3 Avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris
Ouverture : Dimanche et lundi de 10h à 20h. Du mercredi au samedi de 10h à 22h.
Tarif normal : 13€, tarif réduit : 9€

http://www.grandpalais.fr

 

.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×