Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Festival d'Automne : attention, théâtre exigeant !

Festival d’Automne : attention, théâtre exigeant !

Du 9 septembre au 31 décembre, Paris et sa banlieue porteront haut les couleurs du théâtre. C’est en effet le retour de l’annuel Festival d’Automne qui, depuis 1972, invite danseurs, comédiens et artistes en tous genres à se produire dans les hauts lieux de la culture franciliens et hors les murs. Le catalogue a de quoi séduire tous les Grands Ducs à l’esprit aventureux : loin des pièces de boulevard ou des classiques pour la énième fois revisités sans une once d’originalité, le Festival ose et détonne. Parmi les nombreuses pièces présentées, cap sur nos cinq préférées, chacune dans son style. Quand le terme de spectacle vivant prend tout son sens…

 

1. Julie Deliquet – Catherine et Christian (fin de partie)

On vous en avait parlé l’année dernière : Julie Deliquet nous avait charmés avec un triptyque qui démarrait dans l’enthousiasme de mai 68 pour se terminer dans le désarroi de la génération suivante. Pour cet épilogue dont on présage le dénouement désabusé (citer Beckett n’augure jamais rien de très joyeux), la metteur en scène et son Collectif In Vitro continuent d’explorer la notion d’héritage. Un couple, Catherine et Christian, décède. Les acteurs qui les incarnent et qui ont travaillé durant toutes les répétitions avec les autres comédiens, ne monteront pas sur scène. Le reste de la troupe – enfants, beaux-enfants, petits-enfants – nourris de leurs souvenirs, devraient une nouvelle fois nous réjouir par leur sens de l’improvisation et de l’urgence du temps présent. Une expérience à la fois drôle, touchante, poignante et piquante.

Théâtre Gérard Philippe du 24 septembre au 16 octobre, Théâtre Romain Rolland du 3 au 7 novembre, La Ferme du Buisson les 21 et 22 novembre, Théâtre Paul Éluard le 27 novembre.

 

2. Jonathan Châtel – Andreas

Du théâtre scandinave, on connaissait le Norvégien Henrik Ibsen (au moins de nom !), on découvrira cet automne le Suédois August Strindberg (si, si, l’auteur de Mademoiselle Julie, récemment adapté au cinéma avec Jessica Chastain et Colin Farrell). Après avoir mis en scène le premier avec le Petit Eyolf en 2013, le dynamique Jonathan Châtel s’attaque au second et à la première partie de son triptyque monumental : Le Chemin de Damas. Cette oeuvre totale est celle d’un écrivain en pleine crise, dont l’unique personnage est l’auteur lui-même ; l’action se déroule dans son esprit halluciné où se mêlent rêves et réalité. Censé mener à la paix intérieure, ce voyage troublé et littéraire est incarné avec grâce par des comédiens armés de masques et de miroirs contre lesquels il est facile de se heurter… À ne pas manquer si l’élégance des plumes suédoises et la classe des pays du Nord vous parlent.

La Commune (Aubervilliers) du 25 septembre au 15 octobre.

 

3. Ahmed El Attar – The Last Supper

Après la révolution égyptienne, une famille appartenant  l’élite économique du pays se réunit autour d’un dîner. Futiles, repliés sur eux-mêmes, despotiques et inconstants, ses membres personnifient les malheurs de l’Égypte où une classe corrompue règne sur la majorité opprimée et misérable. Le père tyrannique, la mère absente, les fils arrogants ou les filles écervelées, tous se parlent sans se comprendre vraiment. Cette Cène entre apôtres déchus charmera les amoureux de la poésie arabe et ceux intéressés par les maux qui gangrènent le pays des Pharaons. À compléter par la lecture de la trilogie cairote de Naguib Mahfouz, premier écrivain de langue arabe à avoir remporté le prix Nobel de littérature et témoin privilégié des bouleversements politiques de la fin du XXème siècle, ou d’un roman du contemporain Alaa el-Aswany, dentiste au Caire et auteur du poignant Immeuble Yacoubian.

Théâtre de Gennevilliers du 9 au 15 novembre, Théâtre des Louvrais-Pontoise le 17 novembre.

 

4. tg STAN – La Cerisaie

Comme dans The Last Supper, les protagonistes de cette pièce parlent beaucoup, et pourtant aucun ne parvient à agir. La Cerisaie, ce domaine merveilleux, paradis perdu marqué au fer rouge par le servage et le deuil d’un enfant, peut-il être conservé par Ranevskaya, aristocrate magnifique autant que pathétique ? Qui du descendant d’esclaves ou de l’éternel étudiant parviendra à faire sortie la Russie de sa torpeur ? Les acteurs belges qui composent la troupe tg STAN n’ont pas pris parti dans le débat sur le genre de la pièce : comédie comme l’affirmait Tchekhov ou tragédie comme l’avait perçu Stanislavski, son metteur en scène historique. En revanche, leur vision collective fait la part belle au rythme si particulier des mots de l’auteur et à la thématique si contemporaine de l’incompréhension entre générations. À voir pour se sortir de la tête les versions poussiéreuses de la Cerisaie qui fleurissent dans les théâtres parisiens.

Théâtre de la Colline du 2 au 19 décembre.

 

5. Maguy Marin – Umwelt 

Si d’aventure la danse vous plaisait davantage que le théâtre, et que le « contemporain », avec tout ce que le terme a de péjoratif, ne vous faisait pas peur, c’est vers Umwelt qu’il faudrait vous tourner. Chorégraphié par Maguy Marin, grande dame de la danse française et digne héritière de Pina Bausch, le spectacle est plus une performance que de la danse telle qu’on s’y attend. Musique, texte, scène et corps forment un tout qui interroge le possible et son contraire. Présenté pour la première fois en 2003, ce choc qui suscite autant de huées que de bravos est à mi-chemin entre le génie et l’insupportable. Miroirs, apparitions, cacophonie… On ne vous en dit pas plus, mais une chose est sûre, vous ne resterez pas indifférent à Maguy Marin et sa vision tordue du monde.

Maison des Arts de Créteil les 9 et 10 octobre, Théâtre de la Ville du 4 au 8 décembre, Théâtre des Louvrais-Pontoise le 11 décembre et Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines le 9 janvier.

 

Retrouvez spectacles, tarifs et horaires sur le site du Festival d’Automne !

 

Louise Bollecker

 

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×