Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Dans l'oeil du flâneur, l'exposition itinérante d'Hermès

Dans l’oeil du flâneur, l’exposition itinérante d’Hermès

Le flâneur n’est-il qu’un promeneur ? Pas selon Hermès qui, depuis le 18 septembre et jusqu’au 5 octobre encore, invite le public à s’initier à cet art délicat de la flânerie.

Hermès, créateur d’art

Depuis quelques années la marque de luxe s’impose dans le monde de l’art, par son action de mécénat, et plus récemment par celle de création et de mise en scène. Déjà l’an dernier, l’exposition La Métamorphose de l’Objet avait imposé le style dans lequel Hermès s’inscrit, celui de « l’élégance décalée ».
Cette atmosphère se retrouve aujourd’hui dans l’exposition proposée au public, port de Solferino, à deux pas du Musée d’Orsay : Dans l’oeil du flâneur. La recette est la même, s’entourer de créateurs de talent. Cette fois-ci c’est au designer Hubert Le Gall qu’Hermès a accordé sa confiance. Le résultat ? Un espace éphémère à la scénographie recherchée permettant au visiteur d’être englouti dans un monde parallèle, celui d’Hermès, chez qui, comme le dit Bruno Gaudichon, commissaire de l’exposition « la flânerie est une seconde nature ».

Le Paris rêvé d’Hermès

Le parcours imaginé s’effectue à travers onze tableaux qui semblent nous emmener dans un autre Paris, celui où le rêve se mêle au savoir-faire de la marque. Chaque espace offre une nouvelle vue de la vie parisienne version Hermès, de la colonne Wallace tête à l’envers, au passage couvert abritant toutes les plus belles vitrines de la marque.

Dans cette déambulation onirique le flâneur découvrira quelques produits phares, ainsi que certains objets issus de la collection privée d’Emile Hermès, fondateur de la marque, sans que jamais l’exposition ne se transforme en déballage commercial.

De l’art de flâner

Dans ce monde où se mêle vie quotidienne et scènes rêvées, il ne s’agit pas pour le visiteur de traverser au pas de course l’exposition d’un bout à l’autre. Ici, il faut flâner (justement), fureter, regarder, s’interroger, pousser l’envie de voir à son paroxysme, jusqu’à explorer du regard le fond d’un flacon négligemment posé sur la table du Café des Objets Oubliés pour y découvrir que, nous aussi, nous sommes observés. Le flâneur doit alors s’arrêter, prendre son temps, se figer un instant pour ne rien rater des scènes qui s’offrent à sa vue. C’est ainsi qu’il devient presque voyeur, lorsque son indiscrétion le pousse à passer l’œil par une fenêtre entrouverte…
Aucun mal, puisqu’en ces lieux, chaque instant d’indiscrétion devient sujet d’admiration.

 

Anne-Laure Doussaint
(Photographies : James Bort et Anne-Laure Doussaint)

 

Hermès, Dans l’œil du flâneur,
Paris Rive Gauche, Berges de Seine
Port de
de Solferino (entre la passerelle Léopold-Sédar-Senghor et le pont de la concorde)
Accès aux berges par les escaliers situés face au n° 23 quai Anatole-France
75007 Paris
Du 18 septembre au 5 octobre 2015
Entrée libre de 11h à 19h, nocturnes jeudi jusqu’à 22h et toute la nuit du 3 au 4 octobre à l’occasion de la Nuit Blanche
Réservation conseillée : http://www.hermes.com/dansloeilduflaneur

 

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×