Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

30 ans de Bompard : la chèvre la plus chic de l’ouest

Bompard : la chèvre la plus chic de l’ouest fête ses 30 ans

A 30 ans, si tu n’as pas un Bompard, c’est que tu as raté ta vie. Ca tombe bien, le prince du cachemire à la française vient de célébrer trois décennies de style au cours desquelles il est passé du pull over à l’accessoire de mode.

Ils étaient venus, ils étaient tous là. Mi-octobre, c’est au Palais de Tokyo, rien de moins, qu’Eric Bompard célébrait son trentième anniversaire. Au milieu d’une scénographie contemporaine la maison de cachemire occupait les mezzanines de ce haut lieu de l’art contemporain avec des installations autour des couleurs, du fil et de la laine de cachemire et un concert de Joséphine de la Baume. Au Palais de Tokyo ? Oui vous avez bien lu. Et la nouvelle a de quoi surprendre, quand on se rappelle de l’ambiance «Aux vieilles laines écossaises » des premières boutiques de la marque, tenues par des rombières du VIIè ou du XVIIè, à l’allure de permanentes du secours catholique.

Aujourd’hui, la marque qui s’est développée comme un synonyme de cachemire de qualité à prix raisonnables, vantant ses mérites dans Le Figaro et sur la patinoire de Bercy a bien changé. Une campagne publicitaire qui pendant plusieurs années a mis en scène les illustrations de caprins avec ce slogan « Un cachemire Bompard, c’est une chèvre qui a réussi », un flagship store pop sur les Champs-Elysées et un second rue de Sèvres, un site internet en pointe, et un stylisme branché ont cassé son image de jeune fille bien rangée. Paradoxalement, c’est à l’une d’entre-elles, Lorraine, fille d’Eric, et à son équipe, que l’on doit cette mutation.

A mi-chemin entre tradition et modernité, Eric Bompard est passé en quelques années du pull noué sur les épaules au golf de Biarritz, aux podiums branchés de New-York ou Paris. Les rédactrices de mode les plus hype prisent les dernières collections, plus en phase avec les tendances et les coloris du moment. Les modèles de la saison détrônent dans les vitrines les indémodables prisés des BCBG. Même les hipsters portent des bonnets en cachemire de la marque, parce que quand même, ça vous pose un homme (et ça tient chaud).

Mais cette révolution ne s’est pas faite en un jour. Il a fallu une lente transformation de l’intérieur pour faire évoluer cette maison familiale, traditionnelle, où tout avait toujours reposé sur les épaules du créateur éponyme. Dans les codes, dans le rythme, Bompard qui s’est désormais rapproché du monde de la voile en devenant le sponsor titre de la solitaire, égrène ses nouvelles coupes fittées et ses couleurs fifties sur les pontons des marinas de Deauville ou de Biarritz. Jadis porté par toutes les grands-mères d’Auteuil, ses modèles s’affichent désormais dans les magazines masculins branchés, sur des acteurs bankables comme Jean Dujardin.

Eric Bompard n’a jamais prétendu être Loro Piana dont le poil de chèvre du cachemire est certainement le plus élevé au monde, encore moins Ralph Lauren, mais il a su trouver la ligne médiane et faire évoluer ses collections. Avec en prime, une bonne dose d’air frais et d’esprit d’entreprendre. Eric Bompard, à vous d’inventer le lifestyle qui va avec.

 

Aymeric Mantoux

 

Eric Bompard (site web)
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×