Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Temps suspendu à l’Aberlour Hunting Club

Temps suspendu à l’Aberlour Hunting Club

« Tout cuisinier doit se mesurer à l’école du feu. La cuisine au feu évalue avec finesse l’investissement du cuisinier. S’il ne passe pas du temps devant ses fourneaux, il sera dépassé par le feu », confie le chef Alain Passard dans la cuisine de son potager du domaine du Bois Giroult à Damville.

Le temps. Voilà la clé.

Voilà aussi le premier élément d’accord entre la cuisine au gibier du chef trois étoiles de l’Arpège et les whiskys de la maison Aberlour.

Avec le temps qu’il passe devant ses fourneaux, avec l’attention qu’il met dans chaque détail surveillant avec soin l’assemblage à cru du faisant et du col vert, goûtant à la petite cuillère le jus de carcasse des 17 homards qu’il a prévu pour la soirée, Passard donne a sa cuisine un supplément d’âme. Le temps est aussi celui que le chef consacre à chacun des convives. Un mot pour celui-ci, un autre pour celle-là ou encore dégustation d’un cigare au coin du feu pour terminer la soirée en beauté. Temps suspendu.

Ce temps qui donne également un supplément d’âme au whisky. Cet Aberlour 35 ans d’âge bu en apéritif posait d’ailleurs les bases de la soirée. Sus aux gens pressés. Ici, on sait lâcher prise un instant. Se reconnecter avec soi-même. Cet Aberlour 35 ans en est la preuve éclatante. Ce flacon est l’un de ceux qui décorent le « Aberlour Taste of Malt ». Ce coffret fabriqué de manière artisanale (le temps toujours) par les orfèvreries d’Anjou est fait de cuivre et de noyer. Outre les trois whiskys élaborés pour l’occasion, le coffret renferme les ustensiles nécessaires (cocotte et planche à découper) pour marier gibier et single malt lors d’un diner gastronomique.

Cet Aberlour Hunting Club 2015 (ces diners d’exception sont donnés depuis plusieurs années maintenant) résonnait donc comme un vibrant hommage au temps ou plutôt à la capacité à s’accorder du temps. Voilà un acte improductif et pourtant si essentiel dans une société qui va toujours plus vite et qui oublie souvent de se poser un instant. Voilà bel et bien un acte – le lâcher prise – que tout Grand Duc qui se respecte doit savoir s’accorder de temps à autre.

 

David Medioni

 

L’Arpege – Alain Passard
84 Rue de Varenne,
75007 Paris,
01 47 05 09 06
Aberlour

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×