Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Et pourquoi pas un Z4 ?

Et pourquoi pas un Z4 ?

Le Grand Duc devant son écran pourrait se demander pourquoi vanter une auto moderne, froide et sans saveur alors qu’il ne rêve que de cuir Connolly, de ronce de noyer, de roadster des sixties ou de sportive racée des seventies.

Sans doute car la BMW Z4 E85 (1ère génération) est l’une des meilleures offres sur le marché pour celui qui aime rouler avec style, vite et loin en toute sérénité.

Comme tout cabriolet de 10 ans, avant d’imaginer passer à l’acte on s’interroge sur l’image que le Z4 renvoie. Pas trop aspirant matuvu ? se demande-t-on. L’acquisition peut-être encore plus difficile quand on se prétend amateur d’anciennes. Un grand saut qui sera toutefois facilité après avoir aligné des plaisants kilomètres à son volant.

Car le Z4, c’est d’abord le pinacle de la ligne Bangle qui a révolutionné BMW à la fin des années 1990. On aime ou on déteste ce « flame surfacing » et ses arrêtes sèches, mais son style agressif ne laisse pas indifférent. Le traitement des flancs et de l’arrière sont remarquables. Cette ligne si particulière rend d’ailleurs difficile sa datation. Les badauds s’interrogent sur son statut. Alors qu’un Z3 est aujourd’hui clairement daté, un Z4 parait contemporain. L’intérieur peut sembler austère mais on y est bien, encore mieux calé avec des sièges « M ».

Le Z4 se consommera avec autant de saveur en roadster cheveux au vent ou en coupé qui gagne encore en agressivité et un hayon bien pratique au quotidien.

Au moment de passer à l’acte il faudra choisir un modèle gréé du moteur 3L, une BMW à vocation plaisir ne se concevant qu’avec ce 6cyl à l’allonge appréciable et à la puissance suffisante, comme on dirait du côté de chez Rolls Royce, pour attaquer indifféremment petites routes virolantes ou longues nationales. Les plus aventureux iront chercher leur bonheur du côté du modèle « M », et ses 100 cv supplémentaires, pour le coup (coût) une vraie sportive.

Si cette auto ne souffre pas de tare congénitale, privilégiez toutefois un modèle de moins de 100 000 km avec un entretien suivi sanctionné dans le carnet. Les autos étrangères, allemandes notamment, ne sont pas forcément à fuir si on applique les mêmes les règles sur le contrôle de l’historique.

 

Jérôme Langlais

 

Gamme Z4 par BMW 

 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×