Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

24H du Mans 2016 : Guerre des titans et grand retour de Ford

24H du Mans 2016 : Guerre des titans et grand retour de Ford

A quelques heures du départ des 24h du Mans, la course mancelle qui fait trembler les inconditionnels de l’endurance des quatre coins de la planète, retour sur des essais marqués par une pluie rageuse qui a redistribué les cartes, une fois encore, le témoignage qu’au Mans, tout peut arriver…

« The Race » ce surnom n’est pas usurpé, le Mans n’est pas une course, c’est La Course. Celle de tous les défis, celle de tous les imprévus, celle de tous les dangers, celle de tous les succès. De la malédiction des flèches d’argent des Mercedes aux sacres multiples des anneaux d’Ingolstadt, en passant par les pilotes ayant inscrit leurs noms au rang de légende, que l’on croise encore dans les paddocks, Jackie Ickx, Monsieur Henri (Pescarolo), il n’est pas une course plus attachante et plus habitée que le Mans.

Son tracé de 13,629 km, ses virages mythique : Mulsanne, Arnage (tiens cela sonne très Rolls Roycien…), sa fameuse ligne droite des Hunaudières où le record de 405 km/h a été atteint en plein zone boisée sarthoise, sa passerelle Dunlop et son Tertre Rouge… Le Mans c’est la nostalgie d’une époque révolue, les souvenirs d’enfance où il n’était plus grand bonheur que de faire semblant de se boucher les oreilles, Le Mans c’est le Panthéon des grandes heures de l’automobile…

A l’approche du départ lancé de cette 84ème édition, la bataille fait plus que jamais rage en LMP1. Alors que les voitures du Docteur Ullrich (Audi) semblent avoir quelque peu décroché lors des qualifications de la semaine (les nouveaux modes de récupérations d’énergie de la technologie hybride auraient ils impacté les performances ?) les hybrides essences de Porsche et Toyota ont signé les meilleurs temps. C’est la Porsche 919 numéro 2 qui a affolé les chronos lors de la 1ère session de qualification de mercredi soir avec un tour en 3’19’’733 au volant de Neel Jani (équipage composé du français Romain Dumas) et devançant sa camarade la numéro 1, tenante du titre, de l’équipage Webber-Hartley-Bernhard. Dans leur sillage, les technologies hybrides nippones Denso de Toyota qui tenteront une nouvelle fois de s’inscrire dans la légende, avec le gardois Stéphane Sarrazin sur la numéro 6, ayant remporté à deux reprises les 6h de Bahreïn pour la marque. A suivre également la régularité helvète de Rebellion Racing qui talonne les « grands » avec l’équipage des « fils de » Nicolas Prost et Nelson Piquet Junior sur la numéro 12 au côté d’un retraité de la F1, Nick Heidfeld.

Du côté des LMP2, une pluie d’engagés : 23 équipages dont le meilleur chrono en qualification est revenu à la voiture numéro 26 du Team G Drive Racing, devançant l’Alpine numéro 35. A suivre, période d’UEFA oblige, la Ligier 100% française numéro 23 de Fabien Barthez-Paul Loup Chatain- Timothé Buret, supervisée par Olivier Panis, et la Morgan Nissan numéro 28 de Pegasus Racing, une des dernières « barquettes » pilotée par une gentlewoman driveuse, la française Ines Taittinger, 26 ans.

Rookie également, la danoise Christina Nielsen sera à bord de la Ferrari 458 numéro 60 de Formula Racing en GTE AM, qui a dit que Le Mans n’était pas une affaire de femme ? En GTE PRO, la compétition devrait être enragée entre les Corvette Racing numéro 64, tenante du titre, de Milner-Gavin-Taylor dont le petit frère Ricky sert de coéquipier à Jan Magnussen sur la 63 (chez les Taylor, Corvette et une affaire de famille !), et les Ferrari 488 des italiens d’AF Corse supervisées par la firme de Maranello, avec la 51 pilotée par Ginamaria Bruni. Dempsey Racing sera bien présent avec une Porsche 911 RSR mais sans le beau Patrick. Cette année les grandes attendues de la catégorie GT sont born and raised in USA. 50 ans après, Ford marque son grand retour avec ses GT, déjà victorieuses aux 12h de Sebring et aux 24H de Daytona. Il reste à souhaiter aux quatre véhicules engagés (numéros 66 à 69, les français Olivier Pla et Sébastien Bourdais respectivement aux commandes des numéros 66 et 68) de connaître la même issue sur l’asphalte sarthois, réponse dans 24h car, encore une fois, Au Mans, tout peut arriver….

 

Laurène Bigeau
(Texte et photographies)

 

 

    LES 6 EQUIPAGES A SUIVRE    

LMP1
Le duel entre les Porsche 919 numéro 1 Webber-Hartkey- Bernhard (tenante du titre) et numéro 2 meilleur Chrono de Dumas-Jani-Lieb
La Toyota numéro 6 de Gazoo Racing de Stéphane Sarrazin

LMP2
La Morgan numéro 28 d’Ines Taittinger car c’est une lady driveuse, et une rookie

GTEPRO
La Ford GT 68 du régional de l’étape Sébastien Bourdais

GTEPRO
La Corvette numéro 64 tenante du titre de Corvette Racing (Gavin-Milner-Taylofr)

 

Départ de la course samedi 18 juin à 15h.
Le site officiel

Submit a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×