Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Chirac, président !

Chirac, président !

Alors que l’ancien Président connait de graves ennuis de santé, le musée du quai Branly fête les dix ans de sa création avec une exposition dressant le très flatteur portrait de son fondateur Jacques Chirac. Homme de culture, le Président a soutenu toutes les initiatives en faveur du dialogue des civilisations. Soutenue par des chefs-d’oeuvre du monde entier, l’exposition tient surtout pour la personnalité redécouverte de son héros.

 

Oubliez l’image d’un président bonhomme, avalant saucissons et apéros en flattant une vache au Salon de l’Agriculture. Si besoin en était encore, l’exposition « Jacques Chirac ou le dialogue des cultures » donne la preuve que l’animal politique était avant tout un esthète n’ayant de cesse de prôner l’égalité des cultures devant l’Art.

« En montrant qu’il existe d’autres manières d’agir et de penser, d’autres relations entre les êtres, d’autres rapports au monde, le musée du quai Branly célèbre la luxuriante, fascinante et magnifique variété des œuvres de l’homme. Il proclame qu’aucun peuple, aucune nation, aucune civilisation n’épuise ni ne résume le génie humain » – Jacques Chirac (discours d’inauguration du musée du quai Branly)

Le 20 juin 2006, Jacques Chirac inaugure le musée du quai Branly. Dix ans plus tard, le musée s’appelle désormais le musée du quai Branly-Jacques Chirac et rend hommage à son fondateur. C’est en effet de sa rencontre avec le collectionneur Jacques Kerchache, auteur du manifeste Pour que les chefs-d’oeuvre du monde entier naissent libres et égaux, qu’est née l’idée d’un musée dédié aux arts premiers. Cette « égale dignité des cultures du monde » constitue l’esprit-même du lieu conçu par l’architecte Jean Nouvel. Mais la mission culturelle de Jacques Chirac ne se limite en rien à ce mastodonte. Durant toute sa vie – qui se mêle aux grands événements du XXème siècle, ce passionné s’est attaché à promouvoir la diversité culturelle, loin de l’époque où les peuples « sauvages » étaient présentés dans des zoos à taille humaine.

« Il n’existe pas plus de hiérarchie entre les arts et les cultures qu’il n’existe de hiérarchie entre les peuples » – Jacques Chirac (discours d’inauguration du musée du quai Branly)

En effet, toute la carrière de Jacques Chirac est dictée par cet impérieux besoin de connaître l’autre, l’étranger. Dès ses études au lycée Carnot, il passe de nombreuses heures au musée Guimet, où il rencontre les arts asiatiques. Après son bac, il s’engage comme élève-officier sur un navire qui transporte du charbon en Algérie. Découvrir le monde est une préoccupation constante pour celui qui rencontre André Malraux, précurseur de sa cause, à l’occasion de la transformation du musée des Colonies en musée des Arts africains et océaniens. Premier ministre, il soutient la création du Centre Pompidou ; Président, il encourage la création du Pavillon des Sessions et du département des Arts de l’islam au Louvre. Plusieurs fois, il se prononce d’ailleurs à l’encontre de sa famille politique, comme lorsqu’il soutient la loi Taubira qui reconnait l’esclavage comme crime contre l’humanité. Son opposition à la guerre en Irak est à concevoir dans ce sens ; pour Jacques Chirac, il s’agissait du premier pas vers une guerre de civilisation qui n’avait pas lieu d’être. Les événements qui ont suivi lui ont sans doute donné raison.

« Dans un passé encore proche, contre les forces de haine, de rejet, d’incompréhension, s’est élevée la voix de l’humanisme, la puissance de la démocratie. Pour faire triompher cette voix encore, apprenons à nous comprendre, apprenons à nous parler, apprenons à travailler ensemble, dans le respect, la lucidité et la fierté de ce que nous sommes. Tel est le sens, tel est l’enjeu du dialogue des cultures, du partage des cultures » – Jacques Chirac (discours à l’UNESCO, 2001)

L’exposition organisée par Jean-Jacques Aillagon, son ancien ministre de la Culture, est ainsi une passionnante plongée au cœur du XXème siècle : guerre d’Algérie, reconnaissance de l’esclavage ou inauguration d’un mémorial de la Shoah, indépendance des peuples… Le destin de Jacques Chirac est illustré par les chefs-d’oeuvre du musée qu’il a créé. Toutes les cultures sont représentées dans ce beau parcours qui donne un aperçu de la richesse des collections du musée du quai Branly – même si, pour le néophyte, les œuvres sont plutôt un prétexte au récit élogieux de la vie du Président (allergiques à Jacques Chirac, s’abstenir). Thématique, l’exposition peut parfois déconcerter par son manque de chronologie, mais ce choix est nécessaire pour témoigner de la constance de l’action de Chirac ainsi que la marche de l’Histoire vers une acceptation et une compréhension accrue des cultures étrangères. En ces temps troublés, on espère ardemment que ce dialogue des cultures soit à nouveau prôné, compris, et appliqué.

 

Louise Bollecker

 

Jacques Chirac ou le dialogue des cultures
au musée du quai Branly, du 21 juin au 9 octobre 2016
Mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h, du jeudi au samedi de 11h à 21h
Plein tarif : 9€
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×