Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Taon Derny, une utopie sur deux roues

Taon Derny, une utopie sur deux roues

Pionnier du design industriel français, Roger Tallon (1929-2011) crée en 1956 le Taon, une petite moto étonnante. A partir du 8 septembre, le Musée des Arts Décoratifs inaugurera l’exposition « Roger Tallon, le design en mouvement » mettant ainsi en exergue un héritage qui, à force de façonner notre quotidien, aura fini par faire oublier ce grand nom du design français. Des trains Corail et TGV Duplex à la revue Art Press, en passant par le mythique escalier Module M400 ou encore les montres LIP, le talentueux Roger Tallon est enfin mis à l’honneur à Paris. Nous reviendrons d’ailleurs sur ce sujet…

Rien ne pouvait plus correspondre au Taon Derny que l’expression « design en mouvement ». Les versions T4 « émaillé » et T4 « chromé » (1) présentées à l’exposition, sont deux créations originales dans la production française d’après- guerre. Si son esthétique futuriste, sa faible production et l’exposition en 1998 à la fondation Guggenheim (2) ont peu à peu modifié le regard des amateurs sur cette étoile filante, il n’en était rien lors de sa création.

En 1955, à seulement 26 ans, Roger Tallon a déjà travaillé pour General Motors, Terrot et Monet Goyon par le biais de l’ingénieur Grégoire (1899-1992). Cette année-là, l’ébauche du Taon rappelle le style d’une petite Harley avec sa monoselle suspendue, mais annonce déjà l’esthétique de la version finale.

L’année suivante, le richissime Bob Fenwick, importateur des hélicoptères Bell, connu pour ses chariots élévateurs, ancien patron de Lambretta-France, rachète Derny, célèbre à l’époque pour ses tandems et bicyclettes. Derny devient Derny Motor et souhaite « produire une sorte de cyclo-scooter économique, concurrent d’un futur Lambretta alors à l’étude » (3). Peu convaincu par le projet de Fenwick qu’il qualifie de « scooter de curé », Roger Tallon cherche à imposer son style futuriste, inspiré des Harley Davidson qu’il chérit, en un mot : moderne.

Au printemps 1957, le Taon est lancé, contraction – fortuite ? – du nom du designer mais rappelant surtout une certaine opposition à la guêpe Vespa. Sa silhouette aux lignes pures doit beaucoup aux influences américaines du designer, qu’on remarque déjà sur ses esquisses de 1956. Las, l’insecte n’enthousiasme guère la clientèle de la décennie 50. « Ce sympathique engin aurait tout pour plaire aux jeunes de la Nouvelle Vague, avance Bernard Soler-Thèbes (4) , mais ceux-ci n’ont alors que dix ans ! ».

Son style anticonformiste – phare dans le prolongement du réservoir, angles vifs – ne manque pas d’élégance et d’audace. Sa fourche Earles à roue poussée, ses amortisseurs Lelaurain empruntés à l’automobile et ses sacoches sous la selle lui confèrent un esprit léger et sportif.

Le projet initial, prévoyant de développer plusieurs motorisations, de partir à la chasse aux records et de participer au Bol d’Or tombe à l’eau à l’annonce de la guerre d’Algérie. Les jeunes en âge de pratiquer le deux-roues s’arment. Entre temps, l’apparition du crédit automobile, le succès de Vespa, l’assurance obligatoire et l’augmentation des primes termineront d’achever Derny, qui déposera le bilan le 6 mai 1958.

Trop en avance ? La petite moto française, précurseur d’un style effronté s’impose désormais avec sa ligne avant-gardiste. Véritable collector, exemple quasi unique d’association entre design et industrie moto, le Taon fêtera en 2017 ses soixante bougies sans jamais avoir cessé de briller.

Edouard Bernard

(1) prêt Galerie Utopie, 2016
(2) « The Art of Motocycle », Guggenheim Foundation, New York 1998.
(3) selon Robert Fenwick lui-même
(4) La Vie de la Moto n°566, 14 mai 2009, Bernard Soler-Thèbes, « Quand Derny prend la mouche »
Roger Tallon, le design en mouvement
du 8 septembre 2016 au 8 janvier 2017 au Musée des Arts Décoratifs
107 rue de Rivoli,
75001 Paris

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

TOUS LES VENDREDIS, LE MEILLEUR DES GRANDS DUCS DANS VOTRE BOITE MAIL

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

×