Seconde étape de mon voyage de découverte des cuisines asiatiques en conduite accompagnée. C’est Rosalie qui pilote le sampan cette fois, et nous entraîne direction Taïwan et la Chine du Sud, avec un restaurant taïwanais proposant une étonnante spécialité que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans la capitale. Ce restaurant-salon-de-thé, c’est le ZenZoo, angle orangé de deux rues paisibles du 2ème arrondissement, coincé des épaules entre la très italienne place du square Louvois et la très japonaise rue Sainte-Anne.

Le cadre est étonnant, minuscule (évitez tout de même la salle à l’étage), lumineux, floral, avec un côté 70’s pour les plastiques brillants et blancs, il inspire immédiatement le calme et la sérénité. Ce qui contraste bruyamment avec la tourmente vibrante des nombreux habitués, comptant son contingent rassurant d’asiatiques chics et branchés.

L’originalité ici, elle se trouve au fond de votre tasse et les taïwanais l’appellent « zenzhu naicha » (littéralement thé au lait et aux perles) ou « bubble tea » comme disent les beautiful people new-yorkais qui l’ont déjà adopté. Imaginez-vous ça, une grande tasse transparente dans laquelle on verse du thé (au choix, noir, vert, aromatisé à l’amande, au sésame, au maccha, au taro, etc.), une bonne rasade de lait, une poignée de grosses billes de tapioca noires-ambrées, on shake comme un cocktail et il en sort une boisson étonnante, crémeuse, se buvant chaude ou froide.

J’ai opté, sur les conseils de notre guide d’un soir aux beaux yeux bridés, pour un thé noir et froid, servi dans sa grande tasse avec une paille XXL capable d’aspirer les billes de tapioca qui s’agitent au fond du verre. Le mélange est surprenant mais délicieusement régressif : un goût de thé au lait frappé très doux, légèrement sucré, et le complément de la texture des billes de farine de patate douce caramélisées que l’on croque, mi-chamallow, mi-gnocchi. On les fait rouler sous la langue, choisissant avec soin le moment d’y planter les dents et de les mâchouiller comme aux plus belles heures de nos dix ans.

Mais le ZenZoo propose aussi une courte carte de plats chauds à des tarifs de cour de récré. Fidèle à notre habitude, nous décidons de tout essayer : le Poulet sauté aux trois parfums (au goût subtil mais mal désossé), l’Echine de porc sauce kumquat (suave pour qui recherche la douceur d’un caramel), la Marmite de fruits de mer (baignant ses fruits dans un lait de coco et curry rouge, un régal), l’Emincé de bœuf à la sauce satay (parsemé de graines de sésame, un peu plus convenu), les Rouleaux de crevette à la vapeur et légumes verts (tout en légèreté printanière), et la spécialité du chef, le Ragoût à la tête de lion (des boulettes de porc haché cuites à l’étouffée qui ne me convaincront pas vraiment). Tout respire la fraîcheur, les goûts décalés, l’apesanteur. C’est vraiment délicieux. Pour les dessert, franchement rien de bien notable, si ce n’est l’omniprésence du thé vert dans toutes les compositions, comme un mini-dictateur du sucré auquel on ne peut se soustraire.

En tout cas, pour 20 euros, inutile de mégoter, le voyage ne se fait pas en classe économique mais bien en première (ou presque). Du dépaysement à porté de deux-roues, en plein cœur de Paris et tout en délicatesse. Merci Rosalie !

 

ZenZoo
13, rue Chabanais
75002 Paris
Téléphone : 01 42 96 27 28
Ouvert tous les jours sauf le dimanche (de 11h30 à 23h00)
Compter entre 15 € et 20 €