L’appétit joue parfois les ballerines. Surtout lorsque les beaux jours nous ramènent au paradis des déjeuners le nez au vent. On les connaît bien ces moments qui précèdent l’été et où la légèreté qui flotte soudainement dans l’air rétrécit l’estomac et précipite les nuages au fond du court. Juste une envie de s’attabler en belle compagnie, échanger des propos futiles de saison et picorer du bout des doigts. Flotter au dessus de l’assiette et retrouver les prémices des grandes chaleurs.

Alors on s’en retourne vers les tables ignorées durant les trop longs mois de frimas. On espère les chaises de jardin, les tables dressées sous l’azur, les filles aux jupes raccourcies et aux épaules indécentes. On veut de la douceur, des nourritures solaires, simples et nues. On veut de l’accessoire. Et en balayant le labyrinthe des petites faims, on finit toujours, à un moment ou à un autre, par repasser chez Da Rosa.

Da Rosa, c’est sous le prétexte d’une épicerie d’exception, une cantine chic qui déploie sa très belle terrasse dans un coin calme de la rue de Seine. Une devanture toute de noir et d’or, un rez-de-chaussée comptoir et étagères, où s’empilent les jambons et s’exhibent conserves et flacons, puis un escalier de fer forgé, et un étage paisible comme un Paris trop matinal, avec ses banquettes de velours rouge comme à la Scala et ses tables rondes noires vernies et cerclées d’or offrant chacune leur obole de fleurs fraîches. Votre belle ne peut que tomber sous le charme de tant de délicatesse !

Quant à l’assiette, pas d’inquiétude. Elle est à l’image des lieux, de bon goût. Elle a du savoir-vivre, du doigté et de la finesse, elle comblera les mini-appétits féminins et respectera avec admiration la courbe délicieuse des ventres plats. Elle ira puiser dans les retours de voyages de José da Rosa les petites bouchées sans histoires d’un pique-nique de luxe. Comme avec ce simplissime « Pan con tomate » (6 €), une variation autour de la bruschetta, demi-tranches de pain Poilâne grillées, recouvertes de tomate concassée, arrosée d’un filet d’huile d’olive, avec feuilles de basilic frais et gros sel à disposition. Un vrai bonheur de franchise et de rectitude, une bouffée estivale aux réminiscences toscanes. Ou ce « Club Sandwich au jambon Bellota » (16 €). Quatre mini-club sandwichs triangulaires se partagent l’assiette et superposant en couches successives, émincé de sucrine, tomate concassée (encore), jambon Bellota, le tout surmonté d’une fine rondelle de Chorizo frit et accompagné d’une salade de sucrine à assaisonner soi-même servie en quartiers. C’est frais, croquant, vif, sans autre prétention que de mettre en valeur sans façon de très beaux produits.

Ajoutez au tableau une tout aussi judicieuse sélection de vins lointains, à l’image de ce vin chilien, « El Grano », Carménère 2006, à la robe d’un rubis intense, mise en valeur par un verre ample aux hanches larges, un goût tout en rondeur, en fruits et épices qui vous emplit la bouche comme une cathédrale.

Alors c’est vrai qu’ici on ne cuisine pas vraiment (ou si peu). Que la beauté, le talent sont tout entiers dans les produits d’exception qu’on y sert et pas dans la maestria d’un chef de premier rang. So what ? Il n’y a pas de mal à se réjouir de temps en temps d’une simple dinette chic et légère. D’une cantine classieuse.

 

Da Rosa
62, rue de Seine
75006 Paris
Téléphone : 01 40 51 00 09
Ouvert tous les jours
Menu Déjeuner 21 € (en semaine)
A la carte, comptez entre 20 € et 40 €