Bigre ! Je viens de me rendre compte que cela fait aujourd’hui trois fois que je retourne dans cette petite adresse des abords de l’Etoile et que je ne vous en ai jamais parlé. Pourtant la table vaut le coup de fourchette et l’addition sait y rester douce, ce qui est assez inhabituel pour ce quartier de grosses limousines et de hauts plafonds. Aux fourneaux de ce petit bistrot, un chef japonais, Hide Kobayashi, qui délivre, c’est désormais assez fréquent, une cuisine française dans la veine ménagère de nos grands-mères, à peine repeinte aux couleurs de l’époque. Pour qui ne craint pas l’explosion calorique (le défaut véniel d’une cuisine un poil grasse), c’est simple, bien fait, toujours conséquent et d’une franchise qui ragaillardit les âmes engourdies.

En mai j’y goûtais un « Pavé de cabillaud poêlé à la tapenade d’anchois au sel », fondant et croquant à la fois, à la chair épaisse d’un blanc d’écume et à la cuisson parfaite.

En juin, je m’y régalais d’une « Côte de veau poêlée au beurre demi-sel », soit 350g de douceur roublarde en total débordement de l’assiette.

Et ce novembre, le froid installé au bout des doigts, j’y ai englouti une « Côte de porc, aligot », charnue, généreuse et déversant dans mon bec sa molle tendresse en un flot réconfortant.

Alors que demander de plus à une petite table de déjeuner, si ce n’est de cueillir avec bienveillance votre appétit dans le creux de sa main ? Rien sans doute, si ce n’est le sourire d’une serveuse. Par chance, il est là aussi…

 

Le Hide (Koba’s Bistro)
10, rue du Général Lanrezac
75017 Paris
Téléphone : 01 45 74 15 81
Fermé le samedi midi et le dimanche
Comptez entre 20 € et 30 €