Elle avança vers lui dans le parfum blanc et poudré d’une déesse païenne. D’un geste de la main, elle fit le vide autour de lui, dégageant de toute présence le velours rouge des banquettes, le laissant, lui, seul, assis, les yeux tendus vers elle. Ses cheveux blonds plongeaient vers des épaules nues, à peine couvertes d’un chapelet de plumes blanches qui lui faisait comme une valse d’écume. Elle lui souriait de ses yeux effervescents ourlés de noir. Tout son visage n’était qu’une provocation. Il ne savait que penser. Pourquoi était-il là ? Pourquoi l’avait-il choisi, elle ? Pour son corps aux exactes proportions, pour ses bras longs et fins, pour ses seins volontaires, ses fesses hautes et fermes, sa bouche juvénile ? Autant d’interrogations superflues qui s’évanouirent en un clin d’œil lorsqu’elle dégrafa sa jupe et se pencha vers lui, approchant sa tête jusqu’à pouvoir lécher son oreille. Il sentait sa chevelure fine et dorée lui caresser la nuque tandis que ses seins s’écrasaient doucement sur le haut de sa poitrine. Elle avait franchi sans pudeur le seuil de sa géographie profonde. Il ferma les yeux, raidit ses bras et ses doigts pressèrent plus fermement encore le velours de son siège. Il retint sa respiration comme avant un plongeon. Sa tête tournait, saoulée d’une odeur capiteuse et lourde. Le parfum enivrant des odalisques orientales. Il ne manquait que les fumées d’encens. Elle se dégagea et, creusant les reins, se retourna lentement, continuant à partager avec lui une éclatante intimité. Les yeux amarrés aux rondeurs hypnotiques qu’elle offrait à son regard, il atteignit les frontières de la plus délicieuse gêne. Son trouble fut à son comble lorsqu’elle se renversa sur lui, faisant glisser son corps de bas en haut, remontant son dos peu à peu le long des jambes de l’homme, de son ventre, de son torse, jusqu’à atteindre son cou où elle vint se blottir, lui offrant la vision panoramique de ses seins durs et lisses. C’est à ce moment précis qu’il céda. Il laissa ses mains se détendre sur la banquette et ferma les yeux de nouveau. Il oubliait la foule, les regards envieux tournés vers lui, la musique haletante, sa vie au-dehors. Il était bien.

secret square

Secret Square
27, avenue des Ternes
75017 Paris
Téléphone : 01 47 66 45 00
Fermé le dimanche