Ceci est un billet de la dernière chance. Vous vendre un bistrot charcutier quand le soleil perce les nuages et que les températures entament leur ascension, c’est un sacré challenge. On se prend alors à rêver d’un léger redoux, une petite froidure passagère qui vous donnerait l’envie d’aller recharger les batteries caloriques Chez Grenouille. Car franchement, cette mini-cambuse, abritée derrière une devanture qui ne paye pas de mine (je suis gentil) est une des meilleures planques à ripailles de la capitale. On y retrouve, accrochés au dessus du comptoir des diplômes comme on en fait plus saluant le boudin blanc, acclamant la tête pressée, récompensant les tripes.

Mais n’allez pas croire que l’on y tutoie le vulgaire, le lourdingue, la pesante gaudriole. Non, ici, on sait y faire pour satisfaire les appétits les plus robustes sans verser dans le rata. Prenez par exemple ce platemblématique, l’ Andouillette Chez
Grenouille
, en fait une tourte ronde, le cœur farci de chaudin, de porc, de foie gras et d’escargots. A lire ces mots on recule. Erreur, c’est un délice d’équilibre, de saveurs affirmées mais bien balancées, d’exécution finaude. On se demande alors ce qui se passe dans la tête du chef pour nous sortir ce type d’assemblage. A la hauteur aussi le Pressé de bœuf, vif, mordant, arrondissant les angles de sa verdure d’accompagnement et de ces condiments qui n’ont rien d’accessoire. Et pour faire bonne mesure, un Baba au Rhum où ce dernier vous sera servi à part dans un verre à liqueur : grand moment de nostalgie alcoolique (desserts de 5 à 7 €, on rêve). Allez, n’ayez pas peur d’une soudaine giboulée ou d’un retour inattendu du froid, vous avez votre point de
chute !

 

Chez Grenouille
52, rue Blanche
75009 Paris
Téléphone : 01 42 81 34 07
Ouvert tous les jours
A la carte comptez entre 40 € et 50 €