A l’heure où l’on aimerait se presser pour déjeuner à ciel ouvert – si le temps faisait preuve d’un peu de clémence -, se pose à Paris la parenthèse chic, de terre battue et de panamas blancs, du tournoi de Roland Garros. Arpenter les allées et les gradins de Roland Garros, c’est, après les folles paillettes cannoises, glisser un peu plus vers l’été, sa douceur, ses gazons rasés de près et ses cieux bleu roi. Mais entre deux sets ou deux matchs, il faut bien restaurer un appétit avivé par le soleil, la tension des jeux décisifs et les heures passées les yeux rivés au terrain brun. Un sacré challenge pour les organisateurs quand on sait que 450 000 personnes passent par là durant les deux semaines que dure le tournoi. Outre les corners vert bouteille délivrant leur content de petite restauration, le gigantesque self-service des Jardins de Roland Garros, self new wave, où l’on peut trouver des bouteilles de champagne à 15h, des boîtes à tapas, des plats français ou italiens, le véritable porte étendard de la gastronomie made in FFT, c’est Le Roland Garros. Abrité, loin des regards passants, alangui sous les fleurs et les buis bien taillés, il faut montrer patte blanche pour y goûter les assiettes concoctées par Xavier Rousseau, le chef, passé sous les gouttes de La Grande Cascade.

Ici, sous les parasols, le menu s’impose, pour nous, ce jour-là des Asperges blanches en ravigote et magret fumé fraîches et franches, légèrement acidulées, et un très printanier Filet de lieu jaune beurre blanc, riz pilaw aux petits légumes, léger et aguicheur comme la jupe d’une joueuse de tennis russe. Du dessert je ne dirai pas grand-chose, ayant déserté la table pour, immense privilège, aller picorer une salade de fruit dans l’espace des joueurs, à l’ombre de l’impressionnante carrure orange de Jo-Wilfried Tsonga… Une cuisine honorable donc, sublimée par un cadre campagnard, mi-country club, mi-maison de la côte normande aux accents 1920. Réservé durant le tournoi aux officiels et aux anciens joueurs, j’ai eu le privilège d’aller y déjeuner les pieds dans l’herbe, mais la bonne nouvelle, c’est que Le Roland Garros est ouvert à tous tout le restant de l’année. Ses parasols seront les bienvenus quand, enfin, le soleil inondera de nouveau la capitale. A noter précieusement !

Roland Garros

Le Roland Garros
2bis, avenue Gordon-Bennett
75016 Paris
Téléphone : 01 47 43 49 56
Ouvert tous les jours sauf le dimanche
Ouvert seulement le midi en semaine à partir du mois d’Octobre
Voiturier au déjeuner
A la carte, compter entre 60 € et 80 €
(les prix font malheureusement un peu la cabriole)