Il faudrait être sacrément bouché, dénué de toute sensibilité et d’imagination, pour croire qu’on ne fait que manger dans un restaurant. Car bien souvent, le plaisir du goût est accessoire, ou, pour être honnête et plus précis, un accompagnement. La cerise sur le gâteau des sentiments. Prenez Les Vapeurs, brasserie éternelle de Trouville, tendant ses bras aux passants et aux habitués du Casino tout proche depuis 1927. Bien sûr ses moules-frites (je les commande à la crème normande mais les marinière sont tout aussi délectables) sont un vrai ravissement, fleurant bon la côte blanche, ses marées odorantes et les ombrelles de la belle époque, mais leur goût est secondaire. D’ailleurs, leur saveur onctueuse de premier plan est un peu trahie par des frites sans vigueur, alanguies, traînant leur ennui comme ces vieilles dames aux habits de dimanche qui s’en régalent aux tables voisines. Et pourtant j’aime cet endroit. J’aime y revenir dès que je croise une route passant à moins de 50 kilomètres de là. Pourquoi ? Parce que je retrouve dans ces lieux un restaurant qui a une âme, un passé, des ombres en haut de forme, des silhouettes de pêcheurs, des toilettes art-déco et une déco sans efforts de toilette. Un bric-à-brac savoureux, empli d’une nostalgie vigoureuse qui ne s’en laisse pas compter. Les Vapeurs, c’est un petit bout de souvenir immuable, planté dans ma mémoire comme dans celle de bien des disparus. Un morceau d’éternité normande. Et pour moi, pour toutes ces raisons, les meilleures moules à la crème de la côte normande.

 

Les Vapeurs
160-162, quai Fernand Moureaux
14360 Trouville
02 31 88 15 24
Moules de bouchot à la Crème Normande : 14,60 €
Moules de bouchot marinière : 12,20 €