Franchement, parfois, j’aimerais vous tordre le bras, vous empoigner au colbac pour vous traîner au restaurant, vous coller le nez au dessus de l’assiette et voir vos yeux s’écarquiller de bonheur à la première bouchée. En sortant de l’Intention, l’autre jour, j’aurais voulu que mes tweets fassent 140 000 caractères et qu’ils passent en direct à la télé !

Nous sortions d’un déjeuner en tête à tête dans une salle déserte du Marais (pourtant fort jolie, avec ses pierres apparentes, et sa mini-collection de photos contemporaines) où nous venions de faire un repas épatant. Bon, c’est sûr que le chef en cuisine avait eu le temps de fignoler ses assiettes (un service de deux couverts, ça laisse le temps de ciseler les détails), mais vraiment, on sentait là l’ame d’un chef généreux, bienveillant et doué. « Velouté de panais, effiloché de canard confit, croutons dorés« , d’une douceur tiède, au savoureux mélange de textures glissant vers la pommade, le baume apaisant des longs après-midi. Puis un « Risotto à la marmelade de potimaron« , tout juste divin, drappé dans son onctuosité carressante, à peine relevé d’une pointe de parmesan pour aller frapper l’imagination transalpine. Mon compère n’était pas en reste, régalé d’un « Poivron confit, oeuf mollet bio, condiment thon et câpres« , pris sur le vif de sa fraîcheur et d’une « Cuisse de pintade pochée/rôtie, choux pointus crémés et lard fumé » saisi dans sa lancée automnale. Une bonne heure plus tard, nous relevions la tête au dessus des ruines de notre dessert (« Crème de marron, fromage blanc, clémentines et meringue« ), nous étions toujours seuls. Il était plus de 14 heures.

En sortant, je pensais à tous ces restaurants de bazar, ces tables à touristes, fleurissant à quelques rues de là, bourrés à craquer, refilant aux passants abusés leurs nourritures approximatives. Je soupirai. Oui, franchement, je vous prendrais bien par le colbac pour vous traîner ici. Et vous me remercieriez.

 

L’Intention
3, rue du Roi Doré
75003 Paris
01 42 74 31 22
Fermé Samedi et Dimanche
Comptez une trentaine d’euros