Retourner chez Yves Camdeborde, au Comptoir du Relais, c’est comme poser ses valises chez ce vieil oncle de province que l’on a pas vu depuis des lustres. Toute la famille est là, le décor n’a pas changé d’un pouce, petit, jaunâtre, sentant la France d’avant et les fleurs coupées, de faux airs de salle à manger bourgeoise. Et lui, bonhomme, tranquille et truculent, vous accueille avec l’accent comme s’il vous avait quitté la veille.

Ses assiettes sont comme ses manières, généreuses. Subtilement généreuses. Finaudes. La cuisine louvoie sereinement entre les codes du répertoire, pour gratter dans les coins des ressources nostalgiques, qu’un tour de main malin arrange à la sauce du temps présent. Dans un menu imposé, virevoltant, gracieux et toujours obsédé du goût (55 €) on se laisse emporter. « Lieu jaune de ligne de Saint-Jean-de-Luz croustillant, épautre de Haute Provence« , « Saint Jacques de Normandie rôties, bouillon de crustacés, carottes variées« , « Cou de cochon basque Lépoa, raviole de boudin noir béarnais aux choux de Bruxelles« , « Plateau de fromages des Pyrénées de la fromagerie Sanders« , « Lait de vache cuit, gelée de concombre, poire, pomme, céleris, glace au lait ribot« . La claque. Le rappel à l’ordre. Les petits neveux peuvent bien faire les malins, le vieil oncle est toujours là et il en a sous la semelle.

Sans compter cette carte des vins (ah la traîtresse !) qui vous balance ses pièges à feu au visage. Pouilly Fumé, Marsannay, pour finir sur la note cruelle et divine d’un Rancio Sec doux, cuivré, presque torrefié.

Et en ces temps de grands froids, si le vin n’est pas assez fort pour vous dégeler les sangs, la terrasse est chauffée et les plaids attendent sagement roulés les jambes des jolies femmes. L’hospitalité d’un vieil oncle, je vous disais.

 

Le Comptoir du Relais
9, carrefour de l’Odéon
75006 Paris
01 44 27 07 97
Ouvert tous les jours
Réservation obligatoire (ou alors, c’est pile ou face)
Menu carte à 55 €