Y a-t-il une vie après Top Chef ? Visiblement oui, à en juger par ce récent déjeuner, bluffant de subtilité tendre, au Galopin, néo-bistrot bleu ciel planté au coin de la Place Sainte-Marthe. Car c’est au creux de cette parenthèse arborée du Xème que Romain Tischenko, lauréat de l’édition 2010, a installé ses fourneaux. Une salle lumineuse au carrelage d’époque, un bar de zinc peinturluré, une cuisine ouverte sur quelques tables sans nappe, on reconnaît les codes de la nouvelle bistrote à Converse, détendue mais pas dilettante.

La preuve d’un talent rare nous sautera au visage à chaque assiette, tirée d’un menu-déjeuner extra court (2 entrées, 2 plats, 2 desserts) mais diablement séduisant. En annonce, une seule liste d’ingrédients, « Coquillage, Crevette, Choux »,  « Mulet, Grenaille, Mandarine » ou « Pistache, Kiwi, Thé Vert » met l’accent sur les produits et les assemblages. Cuissons parfaites, alliances subtiles, assaisonnements nickels, rien à redire à ces plats dont la couleur et la beauté de composition égaillent les mornes journées d’hiver. On y ressent une douce clarté, comme celle qui nous avait saisis chez Septime (Paris 11). Jolie sélection de vins nature mais pas que, dont certains sont servis en pots (l’idéal pour un tête à tête).

Seul bémol, un faux-pas sur le dessert « Chocolat, Céleri, Agrume », dissonant comme un soudain loupé d’archet sur le violon d’un débutant. Aïe. Mais pour le reste : que du bon et plus encore !

Aucun doute, ce Galopin-là sera l’un des spots du Printemps. Dès que les beaux jours auront rendu à cette placette son charme villageois. Mais quant à moi, pas question d’attendre. J’y retourne très vite.

 

Le Galopin
34, rue Sainte-Marthe
75010 Paris
01 42 06 05 03
Menu du déjeuner très accessible à 24 €
(21 € pour Entrée+Plat et 19 € pour Plat+Dessert).
Le soir, plus onéreux, menu dégustation à 42 €.
Fermé dimanche et lundi.