Parfois, on aimerait quitter la foule un instant et, le temps d’un repas, oublier Paris. Ces jours-là, on remercie le ciel d’être tombé sur une adresse comme celle-là.

Une salle aux dimensions de timbre-poste (16 couverts à peine), briquée comme un sou neuf dans sa blancheur virginale, donnant sur une petite cuisine ouverte aux quatre vents. Et au beau milieu de ce cocon de coton blanc, parmi les fleurs coupées et les assiettes de porcelaine, l’ombre affairée d’Akihiro Horikoshi. Seul aux fourneaux, seul en salle, une main sur la poêle, l’autre vidant son verre de Chardonnay, Aki est l’homme à tout faire des lieux, le soliste de ce petit concert de cuisine de chambre.

Dans l’assiette, du beau néo-classique affiné par plus de vingt ans passés à l’Ambroisie, dans l’ombre experte de Bernard Pacaud (triple étoilé Michelin) : « Galette de maquereau », aux saveurs puissantes, nettes et à la texture délicate, « Filet de lieu jaune poêlé, quenelles de tapenades aux deux olives » superbement cuit, nacré, d’une simplicité et d’une justesse épatante, « Tarte aux poires » un ton en dessous. De la simplicité tirée au cordeau comme une chemise de tailleur au tombé impeccable.

Aucun doute, Aki est là à son affaire, seul maître à bord. Et pour quelques trente euros vous pouvez embarquer avec lui. Ne vous en privez pas.

 

La Table d’Aki
49, rue Vaneau
75007 Paris
01 45 44 43 487
Fermé dimanche et lundi
Réservation conseillée (16 couverts, c’est vite rempli)
Au déjeuner, compter entre 30 € et 40 €
Au dîner, menus à 38 € ou 45 €