A Paris, comme partout ailleurs, pas un jour ne passe sans qu’ouvre un nouveau bistrot, aspirant, le cœur battant, aux trompettes de la renommée et aux fourchettes en rang serrés. Mais pour beaucoup d’appelés, peu d’élus.

A moins de s’appeler Bertrand Auboyneau, grand régisseur de la rue Paul Bert où l’aubergiste a en quelques années et sans coup férir, ouvert bistrot (au 18) et écailler (au 22) avec un égal talent. Et son petit dernier, le « 6 Paul Bert », ne brille pas que par le manque d’originalité de son nom : c’est notre chouchou du moment, le bistrot du coin de la rue (littéralement) comme on s’en souhaite dans tous les quartiers de la capitale.

Moderniser le genre sans en perdre l’esprit, c’est le tour de force – pas si facile – de ce bistrot de poche. Une salle tout en longueur vous conduisant le nez dans le guidon vers sa cuisine ouverte. Une déco à l’aise dans l’air du temps, twistant les codes de la bistrote avec ses couverts suspendus, ses lampes-bouteilles, son bois et sa laque rouge aiguisant des appétits qui n’avaient pas besoin de ça. Même chanson côté assiette, où la créativité et le savoir-faire régalent les habitués (vous le deviendrez) : « Lait d’asperges blanches, œuf mollet et sureau », « Suprême de pintade, légumes nouveaux et jus de cidre », « Paleron juste saisi, œufs de truite, artichaut et fèves », « Carpaccio de mulet, vinaigre d’algues, concombres et radis »…

Et là où l’Auboyneau nous assoie, c’est lorsqu’arrive une addition dont la sagesse fait écarquiller les yeux. Le 6, on vous le dit, c’est la meilleure affaire du moment.

 

Le 6 Paul Bert
6, rue Paul Bert
75011 Paris
Téléphone : 01 43 79 14 32
Menus déjeuner 20 et 25 €
A la carte entre 30 et 40 €
Menu du soir 42 €
Epicerie et sandwichs (6 €)
Fermé du samedi soir au lundi midi