Voilà un endroit où l’on aurait bien vu débarquer Françoise Hardy, à la fin des années soixante, vêtue d’un ensemble Courrèges futuriste et opalescent. Elle aurait pris place en face de nous, dans ce décor d’un blanc chic et laiteux, aurait commandé un verre de vin (Puligny-Montrachet Vieilles Vignes, blanc, bien sûr) et aurait glissé entre ses lèvres entrouvertes un morceau nacré de turbot (avec en guests sucrine, chlorophylle, pousses de concombre, olive, émulsion de moules et verveine, fleur d’anis). Le rêve !

Mais même si l’on a quitté les rivages exubérants et joyeux des sixties, on peut tout de même rendre visite au restaurant de Takayuki Honjo (oui, encore un chef japonais) dont le CV a de quoi faire saliver : Astrance-Mugaritz-Noma. Ce jeune surdoué de 33 ans y distille une cuisine d’une délicatesse et d’un raffinement impressionnants. Ses « raviolis à l’encre de seiche, ricotta, citron, courgette et origan » nous ont bouleversés par leur limpidité. Son « poulet, girolles, pate de noisette, pommes de terre, ciboulette, sauce épinard et fleurs de capucine », tout en équilibre, nous a émerveillés. Sans parler de sa « pêche pochée », posée sur l’assiette comme un ovni, avec sa meringue et son émulsion de Champagne, d’une beauté et d’une sensualité décapantes.

18 couverts à peine, un décor nu qui laisse la cuisine de « Taka » prendre les devants, un service rigoureux, aucun doute, on tient là l’un des meilleurs gastros, encore secret, de la capitale. Et avec un menu du déjeuner à 55 €, l’une des meilleures tables d’affaires de la Rive Gauche. Attention toutefois, vins et café font très (trop) vite grimper la note.

Pour ES et Takayaki Honjo, l’étoile semble en vue, alors franchement, n’attendez pas.

 

ES
91 rue de Grenelle
75007 Paris
01 45 51 25 74
Fermé Dimanche et Lundi
Menu déjeuner : 55 €
Menus dîner : 75 € et 105 €