La vodka, cette boisson venue du froid pour réchauffer nos esprits, nous évoque instantanément les plaines de Sibérie, les palatinats de Pologne pour les plus voyageurs ou les shooters et gueules de bois pour les plus fêtards.

Avec Fair Vodka, il faudra reconfigurer votre imaginaire avec les mots Bolivie et commerce Equitable !  Cette vodka n’est pas élaborée à partir de céréales ou de pommes de terres comme le veut la tradition, mais à partir de quinoa. Oui ce sont bien les mêmes graines que votre compagne ramène chaque week-end en vous disant que vous devriez en manger car c’est bon pour la santé ! Plus intéressant maintenant que l’on sait que l’on peut s’enivrer avec.

C’est une armée de 1 200 petits producteurs indépendants de l’Altiplano bolivien qui cultive la fameuse matière première, labellisée bio, qui est ensuite acheminée en France près de Cognac, région déjà experte dans la distillation de spiritueux où de nombreuses marques de vodkas exercent déjà. A cela les maitres de  chai de Fair Vodka ajoutent du blé de Beauce, bio lui aussi, qui permet d’obtenir une vodka complexe avec plusieurs niveaux de dégustation. Et niveau packaging ? C’est beau, c’est épuré et ça donne envie de la mettre bien en évidence sur son bar.

Enfin une vodka qui va vous faire voyager au Sud, qui vous donnera tout de même la gueule de bois mais également bonne conscience.

 

Mickaël Guidot

 

Fair Vodka : entre 38 € et 40 €.
En vente aux Caves du Roy, 31 rue Simart 75018 Paris
Et à La Grande Epicerie de Paris, 38 rue de Sèvres 75007 Paris.