Qui a dit que la peinture figurative était morte et enterrée ? Le succès infatigable de Gerhard Richter, Marc Desgrandchamps, Paula Rego ou Gérard Garouste est bien la preuve du contraire. Loin de sentir le renfermé, la galerie Daniel Templon a fait entrer un vent frais de peintures à l’huile et de sculptures qui lorgnent vers des sujets classiques, avec leur lot de mythes, de bestiaires et de symboles. Place aux contes et aux envolées oniriques : ici, on célèbre les grands récits, sans se demander si « Don Quichotte », « centaure » ou « fable de La Fontaine » sont des requêtes à la mode sur Google.

Prolifique, Gérard Garouste (dont la grande majorité des oeuvres de cette exposition datent de 2012 et 2013) semble se battre contre sa propre peinture à coups d’allégories, de corps difformes et d’énigmes douces-amères. C’est la tempête. Le travail de la matière prend des airs compulsifs – comme s’il fallait poursuivre des châteaux en Espagne ou des sarcophages flottants pour ne pas partir à la dérive.

Dans les deux espaces de la galerie (rue et impasse Beaubourg), les grands formats et les sculptures semblent vaciller sous le poids de ces histoires centenaires, toujours près de basculer dans le cauchemar.

Et tant mieux si la cruauté n’est jamais loin.

 

Edgar Levison

 

Galerie Daniel Templon
30 rue Beaubourg
75003 Paris
01 42 72 14 10
Jusqu’au 26 février 2014
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h (rue Beaubourg)
Et du mardi au samedi de 10h à 19h (impasse Beaubourg)
Entrée libre
http://www.danieltemplon.com/