C’est un pari osé que celui du jeune Ardechir Deramakhsh. D’origine iranienne, fils d’importateur, ayant baigné depuis sa plus tendre enfance dans le commerce et la dégustation d’oeufs d’esturgeons, voici qu’il lance sa propre marque de caviar : Caviarly’s. L’originalité de son approche se doit d’être soulignée : sortir d’un discours technique autour de ce produit de luxe pour en populariser la consommation à travers un univers simple à percevoir qui se rapproche de celui du parfum.

Chez Caviarly’s, on ne parle pas de Baeri ou de Beluga mais d’Authentique, de Délicatesse, d’Amour et d’Impérial. Chaque caviar a son packaging propre, soigné, aux connotations raffinées et, somme toute, assez féminines et l’on peut trouver des boites d’à peine 20g pour une petite dégustation en amoureux (comptez entre 30 € pour le Baeri de Finlande – Authentique – et 180 € pour le Beluga d’Iran – Impérial).

Alors entre Authentique (Baeri de Finlande), Délicatesse (Baeri d’Aquitaine), Amour (Schrenki – Dauricus de Chine) et Impérial (Beluga d’Iran), comment choisir ? Si l’on excepte l’Impérial, qui constitue le haut du panier de la gamme, un très beau Beluga d’Iran, provenant d’esturgeons élevés aux crustacés vivants, salé, puissant, très long en bouche et au goût à la limite du fumé, évoquant parfois des notes de Bellota, notre coeur penche vers l’Amour (étonnant, non ?) , un caviar de Chine (mais oui), assez gras, soyeux, au délicat goût de beurre et de noisette. Mais rien ne vous empêche d’essayer l’Authentique (un poil trop gras et pâteux à notre goût) ou la Délicatesse d’un Baeri d’Aquitaine, un peu plus fin, aux notes d’agrumes.

Et puisqu’on y est, rappel de quelques règles simples de dégustation du caviar :

– il se déguste à l’aide d’une petite cuillère en nacre, jamais en métal ;
– on le laisse reposer 30 minutes à température ambiante ;
– il ne doit jamais être présenté sur un lit de glace sous peine de voir ses saveurs anesthésiées ;
– le caviar n’a pas d’odeur, si vous sentez quelque chose, c’est qu’il n’est pas frais ;
– une fois mis en bouche, on le place sous la langue et on presse doucement ;
– si vous servez votre caviar avec une pomme de terre vapeur, servez-la tiède et pas chaude sous peine de faire exploser les grains.

Nous, on aime en déposer quelques grains sur la main, poing fermé, et l’avaler d’un coup de langue (oui, c’est sensuel) : la chaleur de la peau absorbe le sel et rend le caviar plus doux. A vous d’imaginer la suite…

 

Thierry Richard

 

Caviarly’s
Authentique (20g) : 30 €
Délicatesse (20g) : 40 €
Amour (20g) : 52 €
Impérial (20g) : 180 €
En vente sur le site de la marque (livraison réfrigérée en 24 heures).