La rue du Faubourg Saint Denis n’en peut plus d’agiter ses serviettes à tous les vents de la mode, du burger au hot-dog en passant par le kebab kurde. Au milieu de ce bouillonnement exotico-hype vient (enfin) de se dresser l’adresse que l’on attendait : un vrai bon bistrot parisien.

Pousser la porter c’est se retrouver en territoire connu (comptoir de bois sombre, cuisine ouverte où s’affaire un ancien du Café des Musées, carrelage fané, tables sans nappes, éclairage étudié plongeant la vaste salle dans une douce pénombre) et se prendre le coup de chaud d’une clientèle bonhomme, joviale dans ses éclats de voix, entre vieux du quartier et hipsters de passage.

L’assiette généreuse prodigue le niveau idéal de réconfort hivernal : la fricassée de poulet fermier aux champignons et vin jaune, servi en cocotte, laisse parler la crème onctueuse, la terrine de campagne, diablement enjôleuse, se révèle parfumée et solide, le rognon de veau au Xérès est servi entier comme il se doit et son gratin dauphinois assure en souplesse. Aucun doute, la cuisine de bistrot solide et sincère, au Bistrot Bellet, on connaît.

Côté service, on pare au plus pressé quand la salle s’échauffe et il faut parfois savoir patienter entre deux plats mais cela devrait logiquement s’améliorer dans les semaines qui viennent. Heureusement la gentillesse arrondit les angles et le patron lui-même (Nicolas Lacaze, le jeune fils de la Reparate, cette escale niçoise que nous aimons tant) s’active entre les tables, ce qui est toujours rassurant.

Un seul vrai regret : les bougres n’ouvrent que le soir. Alors, bien sûr, le Bistrot Bellet ne changera pas votre vie, mais il la rendra assurément plus douce.

 

Thierry Richard

 

Bistrot Bellet
84 rue du Faubourg Saint-Denis
75010 Paris
01 45 23 42 06
Ouvert pour diner du mardi au samedi
Menus à 32 € et 36 €