Otis Williams a 20 ans en 1961. Plus de cinq décennies plus tard, il reste l’unique membre fondateur d’un groupe estampillé Motown dont les plus célèbres titres n’ont pas pris une ride. Mais bien avant de signer des tubes comme Papa was a Rolling Stone et Ain’t too proud to beg ou d’être étoilé sur le fameux Walk of Fame d’Hollywood Boulevard, The Temptations se sont cherchés un nom. Tout d’abord baptisé The Elegants, The Questions puis The Elgins, le quintette entrevoit véritablement le succès à partir de 1964. Sous la houlette d’un Smokey Robinson inspiré (le leader du groupe The Miracles produira The way you do the things you do, un de leur premier hit), le groupe fondé à Détroit arrive en tête des charts américains avec My Girl à peine un an plus tard.

Notamment rendus célèbres par leurs tenues et leur jeux de scène, The Temptations affichent avant tout une harmonie vocale qui offrira d’ailleurs à Motown son premier Grammy Award en 1968. Les protégés de Berry Gordy (le boss du label) marquent de leur empreinte une soul music qui imprime alors le tempo outre-Atlantique et inspirera de nombreuses autres formations.

Les départs successifs (certains membres comme David Ruffin et Dennis Edwards ont embrassés une carrière solo mais le groupe s’est toujours renouvelé) n’ont jamais eu raison de la foi d’Otis Williams qui, en bon leader historique des Temptations, emmènera le band de sa vie ce dimanche à Paris pour faire chanter (et probablement danser) la Cigale. Une occasion unique de s’offrir une madeleine de Proust musicale pour les nostalgiques d’un style de musique toujours diaboliquement efficace.

 

Damien Guillou

 

The Temptations seront en concert Dimanche 16 mars à La Cigale.
Prix du billet : entre 49,9 € et 59,8 €