L’affaire n’est pas banale. Elle est même courageuse. Installer un restaurant aux atours chics et sobres au beau milieu du boulevard Arago et y déployer les assiettes fumantes d’une gastronomie bretonne assez largement sous-estimée, il faut oser. C’est pourtant le pari relevé par deux bretons pur sel, Geoffroy Damville et Antoine Bertho, ancien de l’école Robuchon, pour L’Auberge du Roi Gradlon.

Dans un décor bien mis de pierres et de poutres apparentes, de cuisine voutée et de nappes lourdes, où chandeliers et tableaux de marine jouent les accessoires océans, les deux compères remettent à l’honneur des plats de mémoire (« Kig Ha Farz » sorte de pot-au-feu de bœuf, lard, sésame et petits légumes) ou des saveurs bretonnes peu communes à l’intérieur du périphérique (« Pithiviers de Turbot » pour deux, « Velouté Douar pe Ar Mar » de petite pêche et légumes).

Mais malgré le homard, les langoustines, la galette aux morilles et les quenelles de caviar (oui, la Bretagne, c’est aussi du luxe) de très belle facture, ce qui nous a fait trembler le palais d’un bonheur enfantin, fut le Kouign Amann servi en un rouleau vertical, tentateur, accompagné de sa petite casserole de caramel tiède au beurre salé. Un pêché absolu de gourmandise, croquant, moelleux, sucré et beurré comme jamais.

Sans doute le meilleur de Paris. A tel point qu’on le voudrait presque « à emporter »…

 

Thierry Richard

 

L’Auberge du Roi Gradlon
36 boulevard Arago
75013 Paris
01 45 35 48 71
Ouvert du mardi au vendredi
Menus à 30 € (déjeuner) et 68 €
A la carte, compter entre 60 et 80 €
Kouign Amann : 11 €