Un bon polar à la française de 1962 avec Henri Verneuil à la réalisation et Michel Audiard aux dialogues qui rassemble Alain Delon, Jean Gabin et Maurice Biraud. L’histoire d’un petit truand (Delon), enrôlé par un gangster sortant de prison (Gabin) pour s’attaquer au casino du Palm Beach de Cannes, son dernier casse, avec l’aide de son chauffeur (Biraud).

La mode masculine étant friande des stéréotypes stylistiques des sixties, nous avons décortiqué pour vous qui recherchez quelques bons basiques, ce film dont l’action se passe sur la Côte d’Azur au printemps avec ses premiers rayons de soleil doux qui permettent encore de porter la veste.

Plutôt que de grands discours, voici une des répliques cultes de ce film qui en dit long sur ce qui vous attend en termes d’élégance :

 

« – Dis donc fiston comme on parle chiffon, va falloir que tu t’habilles !

– Moi j’ai rien contre, j’connais justement un petit tailleur hongrois drôlement capable…

– Et ben si ça t’fait rien, on laissera tomber ton artiste et on ira chez l’mien.

– Tu sais que t’es sapé comme un banquier ? Enfin moi, c’est comme ça que j’les vois…

– Peut-être mais pour toi on fera la coupe fils de famille, j’te donnerai les fafs de ton nouveau pedigree. »

 

Un film qui sent bon la Riviera au printemps, une Côte d’Azur séduisante, pas encore ravagée par des hordes de touristes en shorts et tongs, où le barman de la plage était habillé, où il y avait des cabines de plage carrelées, où les femmes étaient élégantes aux bras des messieurs en smoking partant pour le casino… Toute une époque.

L’élégant et massif Jean Gabin prend en main le voyou et jeune Delon dans son éducation, qu’il s’agisse de la préparation d’un casse ou de la gestion de sa garde-robe. Peu de looks différents mais de belles tenues indispensables dans un dressing à la française, entre smoking du soir et complet droit, polo et veste croisée ou maillot de bain (costume de bain disait-on) élégant et décontracté pour se rendre à la plage. Un joli vestiaire printanier entre rigueur et décontraction.

Le printemps est là, le style n’attend pas. Prenez de la grandeur, ajustez vos lunettes de soleil, jouez l’habitué comme dit Monsieur Charles aka Jean Gabin quand Francis (Alain Delon) regarde la baie de Cannes : « T’extasie pas sur la mer, elle a toujours été là. »

 

Guillaume Cadot

 

(Pour les besoins de l’analyse des tenues des personnages, nous avons préféré la version colorisée à l’original en noir et blanc.)

MELODIE01

 

MELODIE03

 

MELODIE02

 

MELODIE04