La cohue, avant le départ. Bien avant. Les chanceux qui sont parvenus à arracher un dossard pour participer à la 36ième édition de Marseille-Cassis ont, en quelque sorte, déjà gagné leur course. Près de 8 mois avant que la sirène qui retentira du côté du boulevard Michelet ne lance véritablement les hostilités, il a en effet fallu jouer des coudes (et d’une bonne connexion Internet) pour obtenir le sésame tant convoité. En moins d’une heure, les 15 000 dossards avaient déjà trouvé preneurs. Moins d’une heure, c’est généralement le temps qu’il faut aux vainqueurs pour boucler l’une des courses à pied les plus exigeantes de la planète.

André Giraud, ajouterait qu’il s’agit également d’une des plus belles. Tombé sous le charme d’un parcours qu’il arpentait pour préparer des marathons, le père de Marseille-Cassis se souvient encore de ses allers-retours d’entraînement entre les deux villes avec un arrêt ravitaillement dans la maison de ses parents, à Cassis. A l’initiative d’une folie qui réunissait 950 inscrits (pour 722 arrivants) lors de sa première édition en 1979, il a vu « sa course entre copains » devenir une classique qui, chaque dernier week-end d’octobre depuis plus de 30 ans, est un rendez-vous à ne pas manquer pour des coureurs du monde entier.

Les raisons de cet engouement ? Un paysage à couper le souffle donc, mais aussi un parcours taille patron pour les coureurs qui veulent se pousser dans leurs retranchements. En guise d’amuse-bouche, les 9 premiers kilomètres de grimpette (sur 20 au total) du col de la Gineste et son dénivelé de 300 m ont de quoi faire siffler les mollets. La suite : piocher, encore, dans ses ressources, pour regagner la baie de Cassis et avoir droit au traditionnel bain qu’offre la Grande Bleue aux vaillants qui ont franchi la ligne d’arrivée.

Séduit à l’idée de participer à l’édition 2015 ? Déçu d’apprendre que les dossards ont été pris d’assaut ? Il reste pourtant une alternative (solidaire, qui plus est !) pour défier Marseille-Cassis le 26 octobre prochain, en s’inscrivant via les challenges Alvarum. Il ne reste plus qu’à choisir l’association à soutenir pour l’occasion…et à se concocter un plan d’entraînement pour les 5 mois à venir. Vous n’avez donc plus aucune raison de vous défiler. Merci qui ?

 

Damien Guillou

 

    Le bonus des Grands Ducs    
Les derniers dossards à obtenir via les challenges Alvarum sont disponibles ici
(pressez-vous, il n’en reste que quelques-uns).
Il existe également une offre dossard + hébergement (limitée à 200 places) à partir de 149 euros ici-même.