1976. Si vous n’y étiez pas, vous en avez entendu parler : en France, la pire sécheresse du siècle. Air brûlant, terre qui craque sous les pas, vignes roussies par le soleil, agriculteurs aux abois. En Champagne, le top départ des vendanges est donné le 31 août – ça n’était pas arrivé depuis 1833 !

Panique dans les rangs (de vignes) : on craint la lourdeur, le manque d’acidité, des vins qui ne tiendront pas la longueur. Et pourtant… Chez Piper-Heidsieck, on s’aperçoit que les vins de 1976 La Terrible, une fois mûris, sont purs et limpides.

Mieux : ils possèdent des arômes… inédits. Nouveaux. Inattendus. Des Pinots Noirs aux notes d’abricot. Des Chardonnays aux saveurs de pamplemousse, de silex, de poivre, de coriandre. Que faire ? Piper-Heidsieck décide de créer pour ce millésime baroque une cuvée à sa (dé)mesure, et de la baptiser… « Rare ».

Depuis (en l’espace de 39 ans, donc), il n’y en a eu que 8 millésimes. 8 millésimes que tout Champenois qui se respecte peut citer de mémoire, dans l’ordre et sans hésitation, parce que ce sont les années où la météo a semblé devenir folle. 1985 ? Hiver glacial et gelées noires. 1999 ? Des mois et des mois d’orages de grêle ultraviolents.

Le dernier en date, Rare Millésime 2002, a le goût de l’été indien qui cette année-là a semblé vouloir s’étirer jusqu’à l’infini. C’est le champagne de ceux qui n’ont pas peur d’attirer l’attention : surprenant, oriental, extravagant… Rare.

 

Marie Mascré

 

Années Rare Millésime de Piper-Heidsieck : 1976, 1979, 1985, 1988, 1990, 1998, 1999, 2002
Prix conseillé pour Rare Millésime 2002 : 150 €
Disponible chez les meilleurs cavistes et épiceries fines
Crédits photos : (c) Michel Jolyot et (c) Piper-Heidsieck