L’automobile ancienne aime les chemins de traverse. Peu adaptée à l’autoroute, elle reste un formidable prétexte pour parcourir les départementales loin des rocades, rond-point, casse-vitesse, péages, stations d’autoroute surpeuplées et standardisées.

L’itinéraire du Tour Auto change chaque année avec un point invariable, le départ depuis le centre de Paris, longtemps au Trocadéro, une année aux Invalides puis au Jardin des Tuileries et au Grand Palais. A cause des risques d’embouteillages, le tout premier parcours très matinal est en fait une liaison hors course vers un château de la région parisienne, Courances cette année, où est donné le vrai départ. Voilà pourquoi les autos ont leur numéro de course barré en sortant du Grand Palais.

Le point d’arrivée se situe les années impaires sur la côte Atlantique, les années paires au bord de la Méditerranée. Ce qui va ensuite déterminer le parcours est d’une part la capacité d’accueil des villes étapes et leur volonté d’accueillir le Tour voire leur soutien financier. Vient ensuite la nécessité de trouver des circuits homologués pour la compétition automobile et l’accueil du public. Ils ne sont pas si nombreux et cela explique pourquoi le Tour ne s’est jamais aventuré en Bretagne par exemple.

Vient ensuite la possibilité d’organiser des épreuves spéciales sur route fermée co-organisées avec des associations sportives automobiles locales.

Une fois ces points de passage obligés, ne reste plus qu’à dessiner un parcours privilégiant les belles départementales, les pauses déjeuner dans de beaux endroits et vous obtenez une semaine de rêve traversant souvent des régions injustement méconnues… car, vous le savez, les paysages de notre douce France sont à la fois très beaux et d’une extraordinaire variété. On ne peut que vous inciter à aller la (re)découvrir lors des ponts de Mai à venir !

Et pour vous mettre un peu l’eau à la bouche, on vous emmène dans le sillage du Tour Auto 2015, sous l’oeil aiguisé et talentueux du photographe Remi Dargegen qui nous a gratifié toute la semaine dernière de ses superbes clichés en temps réel sur la course. Merci Rémi.

Enjoy.

 

Etienne Raynaud
(Photographies : Rémi Dargegen)