Ça y est : depuis samedi 9 mai, la 56ème Biennale de Venise est ouverte ! La manifestation d’art contemporain protéiforme (installations, peinture, danse, musique, architecture, cinéma) créée en 1893 est toujours un concentré de talent et d’extravagance. Déconcertantes, fascinantes, les œuvres présentées ne laissent jamais indifférent. Pour ne pas vous perdre dans le flot de commentaires qui abondent déjà, nous vous avons sélectionné les cinq artistes à suivre et à voir si d’aventure vous passez par la Sérénissime.

1. Enki Bilal – Inbox

L’auteur de bandes-dessinées (Trilogie Nikopol) de 63 ans est la véritable star de la Biennale ! Si rien ne le prédestinait à intégrer le monde ultra-fermé de l’art contemporain, l’artiste français d’origine yougoslave a su captiver la lagune en gardant son projet secret jusqu’à la dernière minute. Inbox est une boîte noire à taille humaine où le visiteur qui y entre est plongé dans le noir complet et désorienté par des sons inquiétants et des écrans lumineux. Enki Bilal propose ainsi une expérience totale et poursuivra son oeuvre en 2016 lors d’une grande exposition de peintures à Tokyo.

2. Chiharu Shiota – The Key in the Hand

L’Asie est à l’honneur dans la Cité des Doges. Chiharu Shiota, coup de cœur des festivaliers, propose une vision en rouge sang de son Japon natal. Réflexion sur son pays après le drame de Fukushima, les installations monumentales jouent sur des symboles forts attachés par une multitude de fils rouges. Stupéfiantes, deux barques suspendues se perdent dans plus de 180 000 clés usées.

3. Sarkis – Respiro

L’Arménie, qui expose collectivement sur l’Ile de San Lazzaro degli Armenia, a reçu cette semaine le lion d’Or du meilleur Pavillon. En ces temps de commémoration du génocide arménien, le geste est fort. L’artiste Sarkis, natif d’Istanbul, oeuvre lui aussi pour l’apaisement : il est exposé à la fois dans le pavillon arménien tout en représentant la Turquie à l’Arsenal. Ses vitraux, toiles et installations abordent les notions de civilisation et de mixité sans esprit de revanche. Sarkis se veut universel, avec raison et avec succès.

4. Adrian Ghenie – Darwin’s Room

Au milieu de la bizarrerie de la Biennale, Adrian Ghenie fait figure d’exception en n’exposant que… de la peinture ! Un artiste « normal » ? Pas tant que ça. L’ovni de 38 ans met en scène une série d’huiles sur toile dans lesquelles le visiteur croisera des figures de l’histoire extrêmement fortes. De Darwin à Lénine en passant par Hitler, les peintures rappellent le trait de Lucian Freud et Francis Bacon en y ajoutant la sensibilité très contemporaine de leur auteur.

5. Annina Roescheisen – Fishing

Née en Allemagne en 1982, l’artiste cumule les casquettes : mannequin, photographe, sculptrice, cinéaste… Dans What are you Fishing for ?, son court-métrage présenté à la Biennale, elle joue les belles endormies dans une rivière, jusqu’à ce qu’un pécheur ne trouble sa danse. Celle qui se définit comme une artiste multimédia travaille sur la notion du soi dans une oeuvre. Il faut dire que la jeune femme a de quoi se mettre en scène : corps parfait, visage de chat et tatouages rock’n’roll, sa plastique et son charisme valent à eux seuls le déplacement.

 

Louise Bollecker 

Biennale Internationale d’Art de Venise 2015 (du 9 mai au 22 Novembre)
De 10:00 à 18:00
Horaires étendus à l’Arsenal : de 10:00 à 20:00 les Vendredis et Samedis jusqu’au 26 septembre 2015.
Fermé le lundi, à l’exception du 11 mai, du 1er juin et du 16 novembre 2015.
Tarif billet adulte : 25 €
http://www.labiennale.org/en/art/