Qui se souvient de la NSU 1000 TT ou TTS ? Un bon nombre de Grands Ducs sûrement, habitués aux automobiles anciennes et aux épreuves classiques prestigieuses. Pour les autres, c’est une marque automobile allemande qui a été absorbée par Auto Union pour créer la marque Audi. Le modèle phare de NSU fut la 1000 TT dès 1956 en hommage au succès qu’elle aligna lors du Tourist Trophy de l’Ile de Man en 1954.

Deux lettres qui, depuis 1998, ont permis à Audi de créer un formidable coupé et roadster atypique aussi séduisant qu’efficace. Alors pour découvrir les deux nouvelles versions, Les Grands Ducs ont voyagé jusqu’à Fuerteventura, île des Canaries connue pour son tourisme de masse et son tracé tout en lacets qui ravit les cyclistes professionnels pour l’entraînement et rappelle l’esprit des routes du Tourist Trophy (le soleil en plus) !

Deux voitures qui a priori ressemblent aux versions précédentes mais comme souvent avec le constructeur d’Ingolstadt il ne faut pas se fier à l’apparence. Tout a été repensé de fond en comble pour un maximum de plaisir/passion/sécurité. Voici ce que nous pouvons retenir de cet essai à l’air libre pour la version Roadster :

– Une capote escamotable jusqu’à 50km/h en 10 secondes ! Vraiment.

– Un vrai coffre pour partir en amoureux le temps d’un week-end ! Dingue sur un cabriolet deux places.

– Une version diesel dont on se passerait. Trop de couple, on conduit comme avec un break. Même si le bruit tend vers l’essence (merci l’électronique) on aurait envie de jouer avec les tours. Heureusement il y a la version essence à 230 ch. La version TTS (310 ch) titille le Porsche Boxster S et là le choix est vite fait.

Changement d’univers avec le coupé TTS. Une voiture (trop) parfaite à notre goût tant la facilité de conduite et d’amusement est grande. On colle à la route.

– Le TTS pour son impressionnante version 310 ch 4 cylindres avec boîte séquentielle. En position « sport » chaque montée de vitesse vous gratifiant d’un « bang » comme sur une voiture de course, et le freinage d’un rétrogradage version talon-pointe incroyable. Merci l’électronique.

– L’adhérence grâce au Quattro® vous donne l’impression de piloter un gros karting avec un toit. Indécrochable sur les petites en lacets de Fuerteventura.

– L’équipement digne d’une berline haut de gamme, Audi touch. Avec le resserrement latéral des sièges avant pour se retrouver dans un baquet de course « Recaro ».

– La ligne massive de l’engin avec sa calandre façon R8 (de même que sur le Roadster), fait passer le petit TT dans la catégorie grosse sportive qui compte.

L’essai des deux modèles a permis de découvrir le concept du Virtual Cockpit. Un tableau de bord entièrement digitalisé permettant de composer sa console de bord entre compteurs, navigation, musique et information. Position « sport », vous basculez sur un compte-tours central, les autres informations venant en périphérie. En mode « normal », deux petits compteurs (vitesse et compte-tours) prennent place aux deux côtés laissant le centre vide pour accueillir généreusement soit votre liste musicale, soit votre carte de GPS version Google Earth. Minority Report n’est plus très loin. Mais en mode Tourist Trophy !

Guillaume Cadot