Les 100 GT célébraient le week-end dernier leur 39ème édition. Né en 1977, ce rendez-vous de gentlemen (et gentlewomen !) drivers, hédonistes et élégants, est plus qu’un rallye, il est devenu une institution.

La belle aventure des 100 GT est née du constat fait par une poignée d’amateurs de diverses marques d’automobiles : leurs voitures s’exprimeraient mieux sur un circuit que sur la route… et eux aussi ! Les clubs historiques représentés par l’association, d’Aston Martin à Porsche, en passant par Austin Healey et Maserati, furent rapidement rejoints par Ferrari. Le circuit de Dijon Prenois fut le terrain de jeu éclatant des première années des 100GT, puis, grâce à Pierre et Yann Bardinon, ce fut au tour du Mas du Clos.

Depuis 2014, un de nos Grands Ducs, Edouard Bernard, et Pierre Gosselin apportent enthousiasme, jeunesse et innovation à l’esprit 100GT qu’ils représentent désormais, et le week-end dernier, c’est au très technique circuit de Folembray qu’ils recevaient une quarantaine de voitures.

Un florilège de Porsche bien sûr, de la 911 T à la récente 997 GT3 RS, mais, suivant le principe éclectique des 100GT, les marques dans toute leur diversité répondaient présent : Venturi « Atlantique », Alpine A110, Cobra 289, Jaguar Type E, Aston Martin DB4, Morgan, Austin Healey, Alfa Roméo…mais aussi 275 GTB, 308, 246 Dino, quelques modernes également avec les Modena Stradale, Maranello, et autres 612. Cette année, la part belle était aussi faite à la gamme complète des Ferrari 365 « double arbre »: 365 GTB/4, 365 GTC/4, 365 GT4 2+2 et leurs cousines 400gt et 412.

A Folembray, force était de constater que l’hiver n’avait pas affaibli les autos ! L’iconique Alfa Tubolare, l’une des plus anciennes, rugit tout l’après-midi sur le circuit, entre tours et performances menés d’une main de maître par son propriétaire.

Quant aux participants, habitué(e)s de longue date et jeunes passionné(e)s se mêlaient comme toujours, mués par le même goût pour la simplicité, le partage et le profond intérêt pour les automobiles, indépendamment des cotes et des modes.

Mais l’art de vivre et la culture sont aussi à l’honneur à chaque édition des 100 GT : cette année, les participants découvraient une meute impressionnante de chasse à courre, tandis que le lendemain, ils garaient leurs autos à l’ombre du Familistère de Guise. Ce lieu immense et surprenant, construit dès 1856, fut imaginé par Jean-Baptiste Godin, l’un des plus importants industriels de son époque, les fameuses poêles et cocottes Godin équipant les foyers du monde entier. Self-made man avant l’heure, l’homme était également un socialiste-utopique convaincu ! Près de 2 000 familles d’ouvriers ont ainsi vécu dans cet îlot préservé pendant 150 ans, où l’école était obligatoire, mixte et laïque, la piscine et la bibliothèque à la disposition de chacun, et où le théâtre se substituait à l’église de village.

Entre automobiles choisies, circuit varié et lieux insolites, les 100 GT ne cessent de passionner. La légende voudrait en plus qu’à cette période, le beau temps ne faillisse jamais… Alors, rendez-vous en 2017 pour un quarantième anniversaire d’exception !

 

Edouard Bernard
(Photographies : Nino Hamet, Calvin Courjon et Flowrian Mutterer Latella)

 

100 GT