Bali… La seule évocation de l’île suscite le rêve, que ce soit pour la culture locale, l’imaginaire du roman et film à succès « Eat, Pray, Love », les longues plages dédiées au surf et, de manière générale, la richesse de la nature…

Malheureusement une bonne partie de l’île s’est convertie au tourisme de masse initié par les Australiens venus y faire la fête et le succès considérable des resorts destinés aux  touristes ou jeunes mariés chinois. Les infrastructures routières n’ont, en revanche, pas encore suivi… Comme nous le susurrait un très distingué créateur de mode américain installé sur l’île depuis 22 ans, pour apprécier le Bali luxuriant, calme et aux belles lumières, il est préférable de passer davantage de temps vers Ubud que de vouloir à tout prix se loger près des plages.

Une des exceptions est le Bvlgari Resort, le tout premier complexe à s’être installé au Sud de l’île, à Uluwatu, dans un immense jardin posé en haut d’une falaise. Certes le resort a quelque peu vieilli face aux nouveaux concurrents à l’architecture épurée et un rien froide mais c’est, en réalité, ce qui en fait le charme. On apprécie les ruelles pavées, hommage à Rome, qui le soir venu prennent de beaux reflets avec moultes fleurs aux couleurs vives, le design intemporel des meubles et des villas d’Antonio Citterio ainsi que l’ambiance toute en teintes sombres et le parfum maison… On ne cherchera pas à vous épater, ici le service est prévenant mais convivial et très souriant. En somme, une bulle parfaite pour qui veut se ressourcer en toute tranquillité.

Jus santé avec vue panoramique pour le petit déjeuner, séances de yoga ultra matinales pour qui le souhaite, spa mêlant massages et soins, cuisine healthy ou gourmande et bar de plage accessible en funiculaire privé et dominant un coin de mer très sauvage, le Bvlgari Resort offre le cadre parfait pour un programme énergique. Chaque villa comporte sa petite piscine privée, prétexte parfait à un bain matinal avec vue sur la mer. La salle de bain immense et la douche extérieure sont une invitation à prendre du temps pour soi… Seuls les locaux qui ont, eux aussi, pris leurs marques sur place ou les singes pourraient troubler votre sérénité s’il vous prenait l’idée de laisser trop longtemps votre petit-déjeuner sur la terrasse.

Pour des escapades hors du resort, on vous conseille une visite des ateliers de Gaya Ceramics, où se dessine et se réalise la porcelaine des Bvlgari et Aman resorts, ou encore une sortie au très design et festif Potato Head Beach Club suivie d’un dîner au restaurant voisin, le Movida de l’hôtel Katamama à l’élégance sophistiquée et très actuelle.

 

Etienne Raynaud
(photographies : Lucy Freedman)

 

Bulgari Resort Bali
Potato Head Beach Club
Movida / Hotel Katamama