C’est l’histoire d’une rencontre, du télescopage de deux ambitions. Mia, serveuse, court les castings rêvant de devenir actrice. Sebastian, pianiste de jazz, rêve d’ouvrir un club où le jazz aurait toute sa place.
Au creux de cet hiver glacial, La La Land réchauffe. Une comédie romantique avec des parenthèses chantées et dansées, un brin de lyrisme, beaucoup de poésie. Un film à la fois joyeux et mélancolique signé Damien Chazelle dont le précédent long-métrage Whiplash nous avait laissé scotchés sur notre confortable fauteuil de ciné.

Alors pour vous convaincre de vous glisser dans une salle obscure dès mercredi, 5 arguments…

 

1. Pour la première scène qui vous réconciliera avec les embouteillages.
Un bouchon monstre sur une voie express de Los Angeles, les autoradios qui deviennent la bande-son d’une chorégraphie XXL entre conducteurs. On sort des voitures pour danser et chanter, et réenchanter le monde et un plan-séquence de plus de 5 minutes pour cueillir le spectateur.

 

2. Pour un duo d’acteurs aux imperfections parfaites.
Emma Stone et Ryan Gosling, le glamour et le chic. Les pas de danse ne sont pas toujours parfaits, leur voix pas toujours posée, mais le duo séduit.  Une leçon de charme.

 

3. Pour le chic très Grands Ducs.
Costumes trois pièces et chaussures bi-chromes pour lui, robe bleu électrique ou jaune canari pour elle. Ne cherchez pas la faute de goût. L’harmonie du couple passe aussi par l’harmonie des couleurs des costumes, en parfait accord avec les décors. Une cinquantaine de tenues pour Ryan Gosling et autant pour Emma Stone. La créatrice s’appelle Mary Zophres et on ne serait pas étonné de la voir monter sur scène le soir des Oscar.

 

4. Pour toutes les références égrainées comme autant de pépites ciné.
La La Land, c’est une immense déclaration d’amour au cinéma de Jacques Demy, aux comédies musicales… D’infinis détails pour rappeler Un Américain à Paris, Les Parapluies de Cherbourg, Mary Poppins, Chantons sous la pluie mais aussi La fureur de Vivre, Casablanca… Et en guise de décors, des tableaux de Hopper qui prennent vie.

 

5. Pour la musique, meilleure que n’importe quel tube de Prozac.
Justin Hurwitz était déjà à la baguette de Whiplash. Il offre 14 morceaux rythmés par une ballade au piano, quelques titres plus jazz avec une batterie qui répond aux cuivres et à la contrebasse, et un tube interprété par Emma Stone et Ryan Gosling, City of stars. On parie ? L’Oscar de la meilleure musique et de la meilleure chanson pointent à l’horizon.

 

Et pour finir de vous convaincre :

 

Eva Roque

La La Land, de Damien Chazelle en salles le 25 janvier 2017.