En septembre lors du Revival, la traversée de la Manche vers Goodwood dans le West Sussex est devenue incontournable pour nombre d’amateurs d’automobiles historiques.

Le Goodwood Revival cumule en effet les superlatifs tant l’ambiance y est unique et extraordinaire – pour rappel, 90% des 120 000 spectateurs jouent le jeu de s’habiller comme à l’époque –, les autos les plus désirables au monde, les compétitions spectaculaires, le spectacle des avions ancien à part… Le Revival est donc le rendez-vous annuel à ne pas manquer au prix de quelques défauts : des places très chères et prises d’assaut, un accès au paddock réservé aux membres, une foule considérable, des difficultés à se loger. Bref, une logistique guère simple et une ambiance laissant une place importante aux sponsors tous très chics et où certains passionnés ne s’y retrouvent pas toujours…

La (re)création du Members Meeting mi-mars il y a trois ans par Lord March, le maître des lieux hyperactif et à la créativité sans borne, a donc été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par les passionnés, d’autant plus qu’elle ouvre la saison après une trêve hivernale… Le Members Meeting est une sorte de mini Revival, les nombreux sponsors en moins avec moitié moins de spectateurs, des courses de format sprint pour la plupart et des plateaux automobiles de rêve sans limitation de date. Quand le Revival se veut pre-66, le Members Meeting ne s’interdit rien en mettant à l’honneur les Edwardians, monstrueuses autos du début du XXème siècle comme les GT1s. Entre ces deux extrêmes, tout ce qui a du caractère, s’est déjà illustré en compétition et qui possède deux ou quatre roues a toutes les chances d’être mis en avant au Members Meeting.

Lord March comme à son habitude ne néglige rien. La typographie, les logos, le nom des courses, les bières spéciales, les trophées donnent une identité unique à la manifestation. Tout comme les espaces d’hospitalité : on y trouve un stand recréant un marché couvert ou encore une vaste tente où l’on boit le 5 O’Clock tea sur des bottes de paille… C’est d’autant plus appréciable que l’ambiance générale se veut assez informelle et décontractée. La nourriture, point faible de nombreux meetings automobiles, est prise au sérieux et donnerait bien des leçons aux créateurs de meeting français… Last but not least, votre billet vous donne un accès à la vaste fête du samedi soir où auto-tamponneuses, orchestres, manèges d’époque, défilés et feux d’artifice extraordinaire vous laisseront repartir en vous disant que, rien n’y fait, les anglais ont décidément un truc en plus.

Le spectacle en piste n’est évidemment pas en reste. La course des Touring cars (des berlines des années 80 déguisées en voitures de course) est certainement la plus intense et spectaculaire course qu’il nous ait été donné de voir, les démonstrations des McLaren F1, ces bêtes de courses à plus de dix millions d’euros seront certainement les seules que vous serez amenés à voir cette année et les prewar – notamment les nombreuses Bugatti Grand Prix – ont fait l’objet de courses des plus disputées. On pourra néanmoins regretter la proportion croissante des répliques et continuations, espérons que l’équilibre avec les autos authentiques saura être préservé…

Faut-il donc aller au Members Meeting? Oui, bien évidemment ! Mais n’oubliez pas vos vêtements d’hiver tant le vent glacé vous demandera du flegme pour rester impassible, ni les 10 pounds qui vous permettront d’acquérir une bouillotte aux couleurs du Meeting. Le diable n’est-il pas dans les détails ?

 

Etienne Raynaud
(Texte et photos)

 

Goodwood Members Meeting