« Retrouvons-nous quelque part du côté des Champs ». Il y a des phrases comme ça qui donnent des sueurs froides. Surtout à la personne chargée de dénicher ce fameux « quelque part ». Car à moins de se réfugier dans un bar d’hôtel ou de faire chauffer la carte gold dans l’une des tables du Triangle d’Or, la plus belle avenue du monde n’a pas grand-chose à offrir quand il s’agit de prendre un verre ou de bien se restaurer à prix raisonnable, dans un lieu cosy à l’abri du tumulte extérieur.

Heureusement, depuis janvier, ce quelque part a enfin un nom : Flora Danica.

On l’avait presque oubliée, cette brasserie danoise installée en haut des Champs-Elysées depuis des décennies. C’est vrai que l’institution datait un peu. Son décor et sa carte aussi. Mais quelques mois de travaux, un couple de designer stars (le studio GamFratesi) et un jeune chef passé par le « Standard » à Copenhague (Andreas Moller), ont offert une nouvelle jeunesse au lieu.

Et une certaine fraîcheur qui s’impose d’entrée autour du bar en marbre émeraude. On y grignote, à toute heure du jour, un smorrebrod (ou du caviar Osciètre…) avec un jus de rhubarbe bio pour mieux revenir le soir, siroter une bière danoise ou se laisser séduire par une « Siren » : un cocktail à base d’aquavit, concombre, basilic, citron et jus de pomme trouble.

Pour se poser plus longuement, direction le patio, un bel espace sous verrière ouvert sur une cour intérieure dès que le printemps se montre. Tables et fauteuils design en bois clair, banquettes moelleuses rayées de noir et blanc, tartare de boeuf à la scandinave dans l’assiette, relevé de groseilles marinées, oignons rouges, trompettes de la mort et oxalys… On étend les jambes, on tombe la veste et l’on est en vacances le temps d’un déjeuner. Quand vient le soir, c’est côté alcôves qu’il faut venir se lover. Sur les banquettes en demi-cercle qui donnent l’illusion d’un cocon vert d’eau, on profite de la vue sur la salle pour admirer la lumière douce des bougies qui habillent chaque table, les motifs végétaux qui décorent l’assise des chaises, le savant jeu de miroirs qui agrandit l’espace, les touches de cuivre qui réchauffent élégamment la pièce et les rééditons de dessins botaniques affichées au mur : un clin d’œil au nom de la brasserie. « Flora Danica » est, en effet le nom d’un célèbre atlas botanique édité au Danemark aux XVIIIe et XIXe siècles.

Ici, c’est le menu qu’on étudie avec attention. Sans parvenir à choisir. Faut-il jouer la facilité avec l’assortiment de spécialités maison : coeur de saumon fumé, saumon mariné Gilbert Bécaud, tarama, et différents harengs marinés ? Ou tenter l’étonnant vol-au-vent de volaille et champignons ? Le fameux riz au lait, griottes et amandes est toujours à la carte. Mais on avoue un petit faible pour la compotée de pomme, crème fouettée et groseille. Il y a bien une carte de vins, 100% français, qui offre un choix de 7 cuvées au verre (à partir de 7€) et quelques demi-bouteilles, mais il serait dommage de passer à côté des aquavits (6€ les 3 cl). Surtout si Marc, un serveur qui officie à la Maison du Danemark depuis 30 ans, vous régale d’anecdotes sur les lieux ou sur l’Aquavit Linie, maturée en pleine mer depuis des siècles dans des fûts de chêne ayant contenus du Sherry. Cerise sur le gâteau : Flora Danica est ouverte tous les jours. Midi et soir. Et offre même, en journée, des danish rolls, du saumon à la coupe et le café du torréfacteur danois CoffeeLab, à consommer au bar ou à emporter.

Pourquoi vous en parler seulement maintenant ? Parce que l’endroit méritait d’être redécouvert au sortir de l’hiver, quand le soleil inonde le patio de lumière et que, même le temps d’un petit-déjeuner d’affaires (la brasserie est ouverte dès 8 h), on a l’impression d’être loin, très loin des Champs.

 

Alexandra Michot

 

Flora Danica
142, av des Champs-Elysées
75008 Paris
Tél. 01 44 13 86 26.
Tlj de 8h à 23h
Formules Petit-Déjeuner à 7,50€ (express) et 14,50€ (danois)
Menus à 29,50€ et 38€