Et si « prendre un verre » dans le quartier des Grands Boulevards cessait d’être synonyme d’une pinte de bière bue à la va-vite sur un coin de table collant, entouré d’une horde de touristes se donnant la sensation de vivre comme des parisiens ?

Pour cela, il vous faut oser quitter le boulevard, et descendre la petite rue du sentier à deux pas du célèbre Grand Rex. Alors que le brouhaha des badauds baissera d’intensité, prenez garde à ne pas louper l’enseigne lumineuse indiquant votre lieu d’arrivée au 37bis ; « Le Fou ».

De droite et gauche de l’entrée se trouvent des strapontins de velours rouge rappelant les théâtres à deux pas de là. Mais ici, les véritables acteurs sont les bartenders costumés de vestes blanches, tabliers noirs et cravates en tricot bordeaux. Méfiez-vous de ce premier abord pouvant laisser présager un bar trop apprêté où l’ambiance serait trop sage, car nous sommes bel et bien au Fou. Un lieu rempli d’ambivalences, où le cocktail classique prend rapidement une note de folie pour être redécouvert sous un jour nouveau, et où l’ambiance apaisante des cocktails-time de fin de journée laisse place les vendredis et samedis à des concerts live au sous-sol de l’établissement dont l’acoustique a été spécifiquement pensée comme au temps où les musiciens jouaient au milieu d’une foule.

Et s’il est si agréable de venir déguster son cocktail ici, c’est notamment grâce au travail du créateur John Whelan. Son inspiration issue des architectes de la sécession viennoise tel Adolf Loos mélangeant à la fois une simplification des formes et un travail sur des matériaux nobles comme ici l’acajou d’Afrique, le cuir d’Italie ou le granit brésilien, fait de ce bar un espace intemporel où il est plaisant de venir perdre la notion du temps.

Anne-Laure Doussaint
(Photographies : Laurent Laporte)

 

Le Fou
37 bis rue du Sentier
75002 Paris
Téléphone : 01 40 26 14 94
Du mardi au samedi de 19h à 2h
Concert les vendredi et samedi
Club à partir du Jeudi soir
Cocktails autour de 15 €