En France, on peut skier jusqu’à début mai. Eh oui ! Le sport de glisse ne s’arrête pas après les vacances de février comme beaucoup l’imaginent. La fin de la saison approche et cette année, elle aura lieu une semaine plus tôt, élection présidentielle oblige… Alors si vous avez envie de chausser vos skis une dernière fois, et de vous faire plaisir sur des pentes (toujours) enneigées, sous le soleil du printemps, Val d’Isère et Val Thorens vous attendent. Comment bien vivre le Closing de ces deux stations le week-end du 1er mai ? Explications.

Val d’Isère demeure la station chic pour skieurs exigeants (et parisiens). Jean-Claude Killy lui a apporté ses lettres de sport chic et la renommée sur la piste de Bellevarde, Luc Réversade sa Folie Douce originelle. Avec l’ouverture en 2015 de l’Atelier de la Neige, considéré comme l’usine de nivoculture la plus aboutie d’Europe, vous pourrez skier tranquillement jusqu’à la fermeture si le soleil est au rendez-vous. Pour ce dernier week-end de ski, choisissez le Chalet Marco Polo si vous êtes « unlimited Centurion », le Barmes des Ours pour un week-end en duo, ou encore Le Blizzard, l’un des plus vieux et charmants hôtels de la station : une véritable institution.

Le matin, on attrape en vitesse une viennoiserie chez Chevallot avant d’attaquer les pistes ! Depuis « Val », vous pourrez d’ailleurs tâter de la poudreuse sur le glacier de Tignes ouvert toute l’année. La pause déjeuner se fera à l’Edelweiss, au Fornet, hors des sentiers battus… Ou à La Grande Ourse, l’institution traditionnellement fréquentée par les familles depuis des générations. Et si vous souhaitez observer le délire du Closing de la Folie Douce sans l’inconvénient d’être piétiné par une foule de jeunes gens en furie, le déjeuner à La Fruitière, le restaurant attenant, s’impose.

Retour au calme pour un spa au Barmes des Ours ou pour un verre chez Jules « le bar des amis », au centre du village. Une soudaine envie de dîner dans une yourte ? Le restaurant Au bout du Monde. Un étoilé ? La Table de l’Ours, une étoile Michelin, ou l’Atelier d’Edmond, au Fornet sur la route du col de l’Iseran, pour l’authentique cuisine régionale de Benoit Vidal, deux étoiles Michelin.

Val Thorens est la station alpine la plus haute d’Europe avec ses 2300 mètres d’altitude. Ceux qui viennent sont là pour le ski, avec vue à 360 degrés et liaison sur les trois Vallées et ses 600 km de pistes. Mais pas que. La station très prisée par la clientèle étrangère et se distingue depuis trois ans avec son prix de la meilleure station du monde. La montée en gamme de « Val Tho » est indéniable et si elle demeure familiale et sportive, elle propose aujourd’hui un véritable « active lifestyle » et des prestations hôtelières haut de gamme. Posez vos valises à l’Altapura, hôtel 5 étoiles de la famille Sibuet, pour une évasion scandinave chic devant les pistes. Vous préférez le luxe classique, réservez au Fitz Roy et sa décoration chalet savoyard. Sinon, rendez-vous au Fahrenheit Seven, le nouveau-né de 2017, une boutique-hôtel jeune et cool, avec ses photos de skieurs des années quatre-vingt.
Le domaine de Val Thorens se suffit à lui-même : pas besoin de dévaler les 3 vallées jusqu’à Courchevel pour vous faire plaisir ! Sans compter qu’à cette période, le « Monaco sur Neige » est ville morte, pour cause de gotha déjà en route vers la Riviera. Direction La Cime Caron (3195m) pour une vue à couper le souffle sur les vallées de Maurienne et Belleville. On redescendra pour déjeuner à la terrasse solarium avec bar à champagne du Fahrenheit Seven, le Chalet de la Marine à 2500m ou au Montana. Et si la musique électro vous attire, la Fruitière bien sûr, le restaurant gastro de la Folie Douce.

En fin de journée, direction la terrasse du Tango pour admirer le coucher de soleil et siroter un verre avant un soin au spa du Pashmina. Puis, direction les canapés moelleux et la cheminée du bar de l’hôtel Fitz Roy. Prélassez-vous en attendant de dîner chez Jean Sulpice, deux étoiles Michelin, ou au Diamant Noir, la table gastro de l’hôtel Koh-I Nor.

Au dodo, le lendemain il fait toujours beau !

Guillaume Cadot

 

Val d’Isère et Val Thorens
Du 26 novembre 2016 au 1er mai 2017